Territoriales : “Voter à gauche, c'est voter la Corse qui ose” Emmanuelle de Gentili

© France 3 COrse
© France 3 COrse

Emmanuelle de Gentili durcit le ton contre Paul Gicobbi lors de son meeting à Ajaccio mardi soir. Pour la première adjointe de Bastia, le président de l'exécutif sortant n'est pas un homme de gauche.

Par France 3 Corse

A quatre jours du premier tour des élections territoriales, Emmanuelle de Gentili durcit le ton. Plus que jamais, c'est à une autre formation de gauche que la liste investie par le parti socialiste s'oppose, à savoir celle de Paul Giacobbi. 

"Voter à gauche, ce n'est pas voter Paul Giacobbi, c'est voter pour nous, pour la gauche réaliste pour la restructuration de la gauche que nous avons initié" explique la tête de liste de La Corse qui ose. 

Lors du meeting à Ajaccio mardi soir, les colistiers ont énoncé les axes du programme de la liste à savoir la ruralité, le pouvoir d'achat et le logement. Une réussite de l'alliance PS / Nationalistes a également été évoquée.

L'inscription de la Corse dans la constitution est un autre thème fort. La liste de la Corse qui ose veut croire que sa proximité avec le gouvernement lui permettra de l'obtenir.

"Si en 2010, on vous avait dit que la collectivité unique allait arriver en 2018, je pense que vous ne l'auriez pas cru. Nous y croyons parce que nous savons que nous sommes actifs et nous savons ce que nous voulons faire de la politique. De la politique pour l'intérêt collectif" indique Jean-Baptiste Luccioni, deuxième sur le liste "La Corse qui ose".

L'objectif affiché de la liste est d'atteindre les 7% pour exister dans la future Assemblée de Corse. 


Territoriales : "Voter à gauche, c'est voter la Corse qui ose" Emmanuelle de Gentili

 

Sur le même sujet

Les + Lus