Test covid obligatoire entre la Corse et l'Italie : un arrêté aux airs de Green Pass pour Gilles Simeoni

La préfecture de Corse a annoncé mardi la mise en place d'un protocole sanitaire pour les voyageurs maritimes à destination ou en provenance d'Italie. Une idée défendue dès le printemps dernier par Gilles Simeoni et le projet d'instauration d'un passeport sanitaire, le Green Pass. 
À compter du 8 décembre les tests covid seront obligatoires pour les passagers maritimes en provenance ou à destination de l'Italie.
À compter du 8 décembre les tests covid seront obligatoires pour les passagers maritimes en provenance ou à destination de l'Italie. © Pascal Pochard-Casabianca / AFP
Le protocole sanitaire pour les passagers des bateaux reliant la Corse à L'Italie renforcé à compter du 8 décembre. À cette date, tout voyageur en provenance ou à destination de l'Italie devra présenter une attestation sur l’honneur d’un test de dépistage virologique négatif au Covid19 datant de moins de 72 heures, à l'embarquement. 

"À défaut, ils devront se soumettre à ce test dans les 24 heures suivant leur arrivée au port de destination. Ils devront dans tous les cas être en mesure de prouver la réalisation de ce test, qu’il ait été réalisé en Corse ou en Italie, à leur embarquement au retour et en cas de contrôle des forces de l’ordre", précise la préfecture de Corse dans un communiqué.

Réciprocité avec les mesures appliquées en Italie

Cette décision a été prise suite à l'allègement du confinement et dans un "souci de réciprocité avec les mesures appliquées aux voyageurs venant de France et entrant sur le territoire italien", complète la préfecture.  "C'est une demande que j'ai formulée auprès du gouvernement. Ca fait d'autant plus sens que l'on est dans un contexte épidémique particulier. On est plutôt à un niveau épidémique très bas en Corse, donc c'est intéressant de tenir compte de ce contexte", complète Pascal Lelarge, préfet de Corse. 

L'idée du Green Pass 

L'arrêté préfectoral satisfait en partie le président du conseil exécutif de Corse, Gilles Simeoni. Au printemps dernier, il a défendu durant plusieurs semaines la mise en place d'un "Green Pass". Ce "passeport sanitaire" aurait obligé toute personne voulant se rendre en Corse à présenter un test de dépistage négatif au Covid-19 datant de moins de sept jours. 

Le document, voté dans une délibération de l’Assemblée de Corse le 7 mai, n'a jamais été validé par le gouvernement. "Cet arrêté reprend la logique qui avait fondé la proposition du Green Pass. Mais cet arrêté préfectoral reste en partie incomplet puisqu'il ne concerne que le transport maritime et qu'une partie de la Corse, ce qui n'est pas logique", soutient Gilles Simeoni. 

Un reproche auquel le préfet de Corse apporte un début de réponse, notamment concernant la mise en place d'un dispositif entre le continent et la Corse. "La question va être discutée avec les élus et les professionnels de santé. La directrice de l'agence régionale de santé (ARS) et moi-même avons eu un mandat du gouvernement pour déblayer le sujet dans les perspectives de Noël."

Selon les prévisions, 50.000 personnes vont se rendre en Corse pour les vacances de Noël et 50.000 autres vont passer les fêtes de fin d'année sur le continent. Le bilan de l'ARS publié ce mercredi fait état de 42 hospitalisations liées au Covid19 dans l'île et de 136 décès liés au virus depuis le début de la pandémie. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société transports maritimes économie transports