Variant britannique du Covid19 en Corse: une classe fermée à L'Île-Rousse, deux cas suspectés dans des écoles bastiaises

Publié le
Écrit par Audrey Altimare .

Depuis début février les contaminations au variant britannique augmentent en Corse. Dans les établissements scolaires, malgré un protocole sanitaire particulièrement strict, trois cas ont été enregistrés ces derniers jours. Une classe a été fermée en Balagne. 

Au début du mois de février, le préfet de Corse a alerté sur la progression "inquiétante" de la souche britannique du Covid19 en Corse. Dans un communiqué, les services de l'État ont ainsi indiqué qu'elle représente actuellement 20 % des échantillons envoyés à l'analyse.

Cette progression s'illustre notamment dans les établissements scolaires. Ainsi, selon nos informations, deux cas de variant britannique auraient été détectés dans un collège et une école de Bastia. Contactés par France 3 Corse ViaStella, ni le rectorat ni l'agence régionale de santé n'ont confirmé cette information.

Plus tôt dans la semaine, une classe du collège Pascal Paoli de L'Île-Rousse a suspendu l'accueil des élèves entre le 8 et le 11 février. Trois jours de fermeture que la rectrice de Corse, Julie Benetti, explique simplement. "L'élève concerné était absent depuis le mercredi 3 février. Selon le protocole sanitaire mis en place actuellement, nous pouvons rouvrir les classes sept jours après le dernier contact avec un cas positif. C'était le cas ici. De plus, l'ensemble des élèves ont été testés et les résultats étaient tous négatifs", précise-t-elle. 

Un protocole sanitaire renforcé depuis le 1er février

Face à l'augmentation des cas de variant britannique sur le territoire national, le ministère de l'Éducation nationale a, une nouvelle fois, ajusté le protocole sanitaire au sein des établissements scolaires. 

Ainsi, lorsqu'un cas de Covid19, variant ou non, est détecté en maternelle, la classe où évolue l'élève est fermée. En primaire, au collège, ou au lycée, cette fermeture s'effectue lorsque trois cas de Covid19 sont recensés dans une même classe sauf s'il s'agit d'un cas variant. Alors, la classe est immédiatement fermée. 

En plus des fermetures de classes, il est imposé aux élèves de primaire, collège et lycée le port du masque "grand public" de catégorie 1 dans les espaces clos ainsi que dans les espaces extérieurs. Une aération des locaux, de quelques minutes, doit également avoir lieu toutes les heures. À la cantine, les élèves d'une même classe peuvent déjeuner ensemble, mais doivent respecter une distance de deux mètres avec les enfants d'une autre classe. 

"Tout arrive toujours trop tard"

S'appuyant sur la gestion du cas du variant britannique au sein du collège balanin, la rectrice de Corse se félicite d'un "protocole sanitaire qui fonctionne". Un avis que ne partage pas Jean-Marc Pupponi, professeur au lycée Laetitia d'Ajaccio et délégué syndical SNES-FSU. "Ça change tout le temps, il n'est souvent pas pratique et puis tout arrive toujours trop tard", lance-t-il. 

Si au sein de son établissement un fonctionnement en demi-groupe a été mis en place, il "plain[t] [s]es collègues du collège" adjacent qui eux travaillent dans des classes au complet avec "protocole sanitaire qui est impossible à appliquer."

Il affirme qu'un certain nombre de ses collègues "s'attendent à un rebond après les vacances de février." Par conséquent, tous sont "méfiants" et appréhendent la mise en place d'un nouveau protocole sanitaire à la rentrée. Sans confirmer, la rectrice de Corse indique de son côté que "les règles sont susceptibles d'évoluer."

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité