Elections municipales 2020 : ce qu'il faut savoir

Les français appelés aux urnes les 15 et 22 mars 2020. / © France 3
Les français appelés aux urnes les 15 et 22 mars 2020. / © France 3

Les 15 et 22 mars prochain, les électeurs sont appelés aux urnes, pour le premier puis le second tour des municipales. Inscriptions, scrutin, mission du maire, candidats : on vous dit tout sur le scrutin et ses nouveautés.
 

Par Malika Catala

Les Français se rendront aux urnes pour élire en 2020 plus de 500 000 conseillers municipaux, qui désigneront quelques jours plus tard, les maires de 34 970 communes. 

Jusqu'à quand peut-on s'inscrire sur les listes électorales ?

Vous n'avez pas eu le temps de vous inscrire sur les listes électorales pour voter aux municipales. Pas de panique, les délais ont été rallongés. Les retardataires ont désormais  jusqu’au 7 février, pour le faire. Cette démarche peut s'effectuer directement en mairie ou par courrier, mais aussi, grande nouveauté, sur internet. Il suffit de se rendre sur service-public.fr. Dans tous les cas, il faudra vous munir d'une pièce d'identité et d'un justificatif de domicile de moins de trois mois.
 

 

Comment vérifier son inscription sur internet ?


Pour vérifier, si vous êtes bien inscrit sur les listes électorales, une plateforme dédiée est mise à votre disposition. Ce site permet à chaque électeur de tester avant le scrutin, s'il figure toujours sur la liste électorale de sa commune.
Si votre nom ne figure pas dans cette liste, sachez que vous avez jusqu'au 7 février, pour vous inscrire et pouvoir ainsi participer au scrutin.


Qui peut être candidats aux élections municipales ?


Pour se présenter aux élections municipales, qui auront lieu les 15 et 22 mars, il est nécessaire de remplir les cinq conditions suivantes:
  1. Être de nationalité française ou ressortissant d’un État de l’UE
  2. Avoir 18 ans révolus au jour du scrutin
  3. Avoir satisfait aux obligations militaires 
  4. Être électeur sur les listes électorales de la commune visée au 1er janvier 2020
  5. Être candidat dans une seule commune

 
A cause du Brexit, les citoyens britanniques de France sont out


Cette année, les ressortissants britanniques résidant en France ne pourront  ni voter, ni être élus. C’est l’un des effets collatéraux du Brexit, annoncé par le premier ministre Boris Johnson pour le 31 janvier. Une décision que beaucoup vivent comme une injustice, notamment dans le Sud-Ouest, terre d’élection de nombreux sujets de la Reine Elizabeth II.
900 conseillers municipaux britanniques vont être exclus du scrutin. Un crève-cœur pour le dessinateur Perry Taylor. Citoyen britannique et habitant de Puydarrieux, dans les Hautes-Pyrénées, cet amoureux du Sud-Ouest ne sera plus éligible. Seule solution : devenir français. 
 
conseillers municipaux : des britanniques s’inquiètent


Peu de candidats

Jamais la fonction d'édile n'aura séduit aussi peu de candidats. Selon une étude menée en novembre 2019, par l'AMF, moins d’un maire sur deux entend se représenter aux municipales. Manque de considération, asphyxie financière. La fonction est de plus en plus difficile à exercer notamment, dans les très petites communes où le maire est responsable de tout. Les tâches sont aussi parfois ingrates, comme le confie un élu sur son compte Twitter. « Petit maire » c'est son surnom, est le premier magistrat d’une minuscule commune où vivent moins de 100 habitants. Voilà plus de six ans, que ce travailleur indépendant dans la communication  raconte aux 2450 abonnés qui le suivent, son quotidien de maire d’une commune rurale.
 
 

Le cas des papys maires 


Pour certains élus, c'est aussi parfois la mission d'une vie. C'est le cas du maire d'Esquerchin dans le Nord. A 91 ans, le maire le plus âgé de la région a décidé de passer la main.
Après onze mandats, René Ledieu a fait le choix de ne pas se représenter aux élections municipales, en Mars 2020. Celui qui a débuté sa carrière en 1953 comme conseiller municipal estime que "c'est le moment de laisser la place aux plus jeunes ".  Le nonagénaire a passé les trois quarts de sa vie au service des autres. "Vous savez, ça a pas toujours été rigolo, parce qu'en ce temps-là, il y avait pas d'allocations familiales. D'ailleurs, je me demande toujours, comment mes parents ont fait pour nous élever à quatorze", se souvient René Ledieu.
 
Le maire le plus âgé des Hauts-de-France tourne la page



 

Sur le même sujet