Cet article date de plus de 8 ans

Les motards se mobilisent contre une possible interdiction des motos dans les cols vosgiens le week-end

Lundi dernier, Alain Perret, le préfet du Haut-Rhin, avait annoncé lors d'une conférence de presse, l'éventuelle application d'une l'interdiction des cols vosgiens aux deux-roues le week-end à titre expérimental.
Lundi dernier, Alain Perret, le préfet du Haut-Rhin, avait annoncé lors d'une conférence de presse, l'éventuelle application d'une l'interdiction des cols vosgiens aux deux-roues le week-en à titre expérimental. Trois cols seraient toujours accessibles au motards, ceux de Sainte-Marie-aux-Mines, du Bonhomme et de Bussang. Les motards n'ont par tardé à réagir. Ils s'opposent vivement à cette mesure, parlent de discrimination et ont décidé de mobiliser via une pétition.


Le communiqué de la FFM, la FFMC et le CODEVER (23 janvier)


S’il fallait une caricature pour démontrer les capacités de motophobie et de discrimination dont sont capables certains représentants de l’Etat et certains élus vis-à-vis des motocyclistes, en voici un bel exemple. En effet, le Préfet du Haut-Rhin et le Président du Conseil Général du Haut-Rhin envisagent d’interdire la circulation des motos le week-end dans la majorité des cols vosgiens ! La Fédération Française de Motocyclisme (FFM), la Fédération Française des Motards en Colère (FFMC) et le Collectif de Défense des Loisirs Verts (CODEVER) rappellent, puisque cela semble nécessaire, que depuis sa décision du 12 juillet 1979, le Conseil Constitutionnel a consacré que la liberté d’aller et de venir est un droit fondamental de valeur constitutionnelle, protégé par les articles 2 et 4 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789.  

Par conséquent, les mesures de police administrative susceptibles d’affecter l’exercice des libertés constitutionnellement garanties, doivent être justifiées par l’impérieuse nécessité de sauvegarder l’ordre public et proportionnées à cet objectif. Or à l’évidence, tel n’est pas le cas de ce projet, car en voulant interdire la circulation aux seuls motocyclistes, ils contreviennent gravement à cette liberté fondamentale. Aussi, la FFM, la FFMC et le CODEVER s’opposent formellement à ce projet et n’hésiteront pas, le cas échéant, à défendre les droits des motocyclistes devant les juridictions compétentes.


Le préfet calme le jeu : "l’interdiction de circuler n’est pas à l’ordre du jour" (24 janvier)

Le Préfet du Haut-Rhin, en partenariat avec le Conseil Général du Haut-Rhin, est tout particulièrement attentif au respect de l'environnement dans les Vosges (commissariat de massif, parc naturel régional des Vosges, réseau Natura 2000), au développement touristique, à la sécurité routière et à la liberté de circulation de tous. A travers cette démarche concertée, la volonté affichée est de faire des cols vosgiens des espaces de circulation partagés et sécurisés, où chacun trouve sa place afin d'apporter une réponse efficace au respect de l’environnement et de la tranquillité d’espaces très fréquentés en période d’été, ainsi qu’à l'accidentologie sur les routes de montagne.

Il s’agit d’une démarche de devoir des pouvoirs publics. C’est dans cet esprit qu’a été évoqué le principe d’une réflexion en forme de bilan de la situation, permettant le cas échéant d’employer des modes d’action en forme de sensibilisation à l’égard de tous ceux qui utilisent les routes. De fait, seule une réflexion est en cours sur d’éventuelles mesures à appliquer. Aucune mesure spécifique aux cols ne sera prise  sans concertation avec toute les parties prenantes. Celle-ci devra faire suite à des études juridiques et techniques. En tout état de cause, l’interdiction de circuler n’est pas à l’ordre du jour.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
polémique