Un curé de Colmar poursuivi pour détention d'images pédopornographiques

Un curé de Colmar est poursuivi pour détention et diffusion d'images pédopornographiques, de sources judiciaires. Selon le parquet, l'homme est convoqué le 22 mars au tribunal de grande instance de Colmar. Réactions de l'Evêché en vidéo.

Selon l'AFP, le curé de la paroisse Saint-Léon à Colmar, âgé d'une quarantaine d'années, a été interpellé mercredi et placé en garde à vue. Il a été remis en liberté sous contrôle judiciaire, selon une source proche de l'enquête. Justement l'enquête, menée depuis plusieurs mois par la police de Colmar sur instruction du parquet, a permis de remonter jusqu'à l'homme d'Eglise par le biais de l'adresse IP de son ordinateur. Environ une centaine de photos pédopornographiques ont été retrouvées sur son ordinateur, selon la même source. 
Selon lepoint.fr, cette affaire a commencé en octobre 2012. Les policiers suspectent assez vite le curé lors d'une enquête plus large sur un réseau de diffusion d'images pornographiques repéré sur la toile. Le parquet de Colmar ouvre une enquête préliminaire dans le Haut-Rhin. Il s'agit d'un curé de quarante et un ans de la paroisse Saint Léon de Colmar, située dans le nord de la ville.
Il avait stocké une centaine d'images à caractère pédopornographique dans son ordinateur. Il a été interpellé avant hier. Lors de sa garde à vue, il a reconnu les faits et a été placé sous contrôle judiciaire.
Le curé était aussi aumônier dans le collège strasbourgeois Saint-Etienne.

Bernard Xibaut, chancelier de l'Evêché a réagi vendredi midi :
durée de la vidéo: 01 min 29
Reaction de B. Xibaut, chancelier de l'Evêché

Communiqué de presse de Mgr Grallet, Archevêque de Strasbourg :

Averti, le 8 février 2013, que le prêtre, curé de la paroisse Saint Léon de Colmar, avait été mis en examen, puis déféré au parquet et placé sous contrôle judiciaire, pour détention et diffusion d’images pédopornographiques, je ne puis que dire ma profonde tristesse, ma condamnation absolue de telles pratiques, et mon respect entier de la procédure judiciaire en cours.

J’ai demandé au prêtre mis en cause d’interrompre immédiatement ses activités paroissiales. À la communauté paroissiale, sous le choc d’une telle information, je tiens à dire mon soutien et ma solidarité dans cette lourde épreuve.

         + Jean-Pierre GRALLET
         Archevêque de Strasbourg

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers