Equitable et durable: un salon pour le Développement Durable à Bâle

NATUR, organisé du 28 février au 1er mars 2013, est le plus grand salon du Développement Durable de Suisse : l'occasion de s'informer sur la consommation durable.

© France 3 Alsace
Le but de la manifestation est clairement affiché : il s'agit de sensibiliser le grand public au développement durable et à la protection de l'environnement. Un salon qui se veut pédagogique, qui propose donc une initiation à la consommation responsable : vente de produits de saison et/ou locaux, stands de l'agriculture biologique, expositions ludiques ou ateliers sont aux programme.
Cette année, la 8e édition de la Foire NATURE attendait 30.000 visiteurs, profitant de l'attrait exercé par la grande foire MUBA de Bâle, qui se tient au même moment et au même endroit.

Modes, nouvelles technologies ou agriculture... Durables !

Plus de 100 exposants étaient présents, présentant les dernières nouveautés d'une mode durable ou éthique, des Start-up aux projets d'avenir ou aux produits innovants, ou encore des solutions originales pour soutenir les énergies durable. Le canton d'Argovie, invité vedette de NATUR 2013, a présenté ses réalisations et projets en matière environnementale.
Parallèlement à la foire, un festival sensibilise tous les publics aux problématiques environnementales : une exposition, "experimenta13 : Nature Ville Art", est présentée jusqu'au 22 mars. Une animation propose de tester les connaissances en matière de réchauffement climatique, des aquariums permettent d'explorer les eaux du Rhin et les poissons qui y vivent.

Cuir et peau de saumon

Parmi la centaine d'exposants, une jeune designer suisse attire l'attention. Jana Keller travaille à Birsfelden, près de Bâle : sa matière première, c'est le cuir ou la peau de saumon. Sa marque, c'est RoyalBLUSH, ses produits, ce sont des sacs, des accessoires, des bijoux. Une marque équitable et délicate, qui célèbre le matériau sans sacrifier le design.
Solutions locales pour désordre global : en choisissant des fournisseurs européens, Jana Keller opte pour des circuits courts, et une connaissance des matériaux et de leur origine. Le cuir et les peaux de saumons qu'elle utilise sont tannés et teintés naturellement : au tannage, la sève, les feuilles, les écorces remplacent le chrome extrêmement polluant et allergène. Des pigments naturels teintent les peaux, et au découpage, rien n'est jeté. Au contraire, la créatrice joue avec les défauts du cuir : " le cuir s'éclaircit sur les bords, c'est un effet intéressant; il va aussi changer de couleur avec le temps, l'objet – le sac, le bracelet, la ceinture – va évoluer au fil des années et ne restera jamais le même ! J'utilise aussi les défauts du cuir, par exemple, les petites piqûres d'insecte, ou les déchirures dues aux broussailles ou aux barbelés dans les champs ! "
Et puis, plus inattendu : Jana Keller travaille aussi la peau de saumon. " Mon fournisseur est une ferme bio en Irlande du nord, évidemment, c'est un matériau cher, mais tellement solide ! "

Solidarité et énergie

L'esprit de la " Energiegenossenschaft " de Berne, créée en 2012, est le même : agir localement, penser globalement, en mettant en relation des producteurs d'énergies durables et des consommateurs. C'est ainsi qu'Urs Amann, un exploitant agricole de Kerzers dans le canton de Berne, a fait la connaissance de Caspar Bijleveld, le directeur d'une serre à papillons, le Papiliorama. Urs et Caspar sont voisins, mais ne se connaissaient pas; Urs rêve d'installer des panneaux solaires sur les toits de sa ferme, Caspar, qui fait des économies d'énergie, souhaite réinvestir les sommes économisées dans de l'énergie durable.
Grâce à la coopérative énergétique de Berne, ces deux là ce sont trouvés : la coopérative va financer les panneaux solaires. Urs va pouvoir produire de l'énergie, et Caspar, qui va acheter des parts d'énergie durable à la coopérative, va soutenir son projet. " Nous ne nous connaissions pas, maintenant, nous avons un objectif commun ", explique urs. " Nous voulons soutenir activement des projets dans le domaine environnemental, alors cela coule de source : soutenons le projet de notre voisin ! ", renchérit Caspar. Et Amadeus Wittwer, le directeur de la Energiegenossenschaft, explique : " pour moi, les projets locaux sont une solution pour mener à bien la transition énergétique en Suisse. Réduisons notre impact environnemental chez nous en produisant et consommant localement, et l'effet " papillon " jouera à plein. Notre comportement ici a des conséquences sur la marche du monde ! "


LIENS UTILES:
Jana Keller et RoyalBLUSH : www.royalblush.ch/
Salon de la mode équitable et durable (Berlin) : www.green-showroom.net
La serre aux papillons de Kerzers : http://www.papiliorama.ch/
La coopérative énergétique de Berne: http://www.energiegenossenschaft.ch/
Le développement durable en suisse : http://www.bafu.admin.ch/wirtschaft/11350/index.html?lang=fr


Yvonne Roehrig

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
suisse outre-rhin environnement