Cet article date de plus de 8 ans

Fermeture des Virgin Megastore : 11 salariés strasbourgeois poursuivent toujours l'occupation des locaux

La direction de Virgin Megastore, en redressement judiciaire, a annoncé mercredi la fermeture de ses 26 magasins "pour des raisons de sécurité", alors que plusieurs d'entre eux sont occupés depuis mardi par des salariés. 
Le Virgin Mégastore de Strasbourg est fermé
Le Virgin Mégastore de Strasbourg est fermé © E.G.

Le magasin de Strasbourg, occupé, a fermé aux alentours de 15H00 hier, a indiqué à Elsa Becker, salariée gréviste. Une dizaine d'employés sont restés à l'intérieur après la fermeture, et certains ont poursuivi l'occupation des locaux la nuit dernière (de mercredi à jeudi).

Les salariés demandent entre autre le paiement des jours de grève pour chaque salarié et la restitution de l’argent des soldes (7 millions d’euros) inclus dans un plan social de minimum 15 millions d’euros.

 

Communiqué des salariés de Virgin à Strasbourg

Les 26 magasins de Virgin Megastore, en redressement judiciaire, ont définitivement baissé le rideau mercredi "pour des raisons de sécurité", a annoncé la direction, alors que quatre d'entre eux étaient occupés par des salariés. "Nous fermons les magasins aujourd'hui (mercredi) pour des raisons de sécurité" concernant "aussi bien les clients que les salariés", a déclaré une porte-parole de l'enseigne de distribution culturelle. La fermeture était prévue vendredi soir mais "a été anticipée de deux jours en raison des occupations", a-t-elle ajouté.

 

Mercredi 12 juin : A Strasbourg, 7 salariés ont passé la nuit de mardi à mercredi dans le magasin 

Des salariés de Virgin ont décidé mardi d'occuper certains des magasins de l'enseigne de distribution culturelle, dont la liquidation devrait être annoncée sous peu, afin d'obtenir une amélioration de leurs conditions de départ, ont indiqué des syndicats.


Mardi 11 juin : plusieurs magasins occupés


Selon Guy Olharan (CGT), l'opération, décidée lors d'une assemblée générale, "a commencé depuis 17 heures" et concerne les magasins parisiens des Champs-Elysées et de Barbès, ainsi que ceux de Rouen et Strasbourg, a-t-il précisé. Certains salariés étaient venus avec leurs sacs de couchage, prêts à passer la nuit sur place.

En début de soirée, Sylvain Alias (SUD) a indiqué qu'une quinzaine de personnes se trouvaient dans le magasin des Champs-Elysées, prêts à "passer la nuit, la journée", afin de "faire pression" pour éviter une fermeture rapide et améliorer le financement du plan social à venir. Il a précisé qu'un huissier de justice était présent, tout comme la direction du site. 

Du côté de Strasbourg, sept des 22 salariés alsaciens ont commencé à occuper leur lieu de travail "pour une période indéterminée" afin de "faire pression sur les actionnaires", se disant "déterminés" et "en colère"
.

 "A partir de maintenant notre nouveau domicile c'est ici",

a déclaré Guido Martins, délégué du personnel du Virgin de Strasbourg, à la fermeture du magasin mardi soir.




Le tribunal de commerce de Paris a rejeté lundi les deux offres de reprises partielles de Virgin, l'une émanant du spécialiste des loisirs créatifs Cultura et portant sur un magasin et l'autre de Vivarte, groupe multi-enseignes de prêt-à-porter (marques André ou La Halle) et portant sur 9 magasins. Le tribunal examinera lors d'une audience spéciale, prévue le 17 juin à 14H00, la liquidation judiciaire de Virgin (960 salariés et 26 magasins), qui semble désormais inévitable.





Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social