Pollution : pas encore de mesures d'urgence en Alsace

Publié le Mis à jour le

A nouveau ce vendredi 14 mars, la qualité de l'air est annoncée comme très mauvaise dans la plaine alsacienne. La pollution aux particules fines atteint dans certaines villes l'indice 9 (sur une échelle de 10). Mais la préfecture n'envisage pas pour l'heure de déclencher des mesures d'urgence.


Mieux vaut aller se balader dans les Vosges ce vendredi 14 mars. Comme les jours précédents, les teneurs en particules restent très fortes en plaine et devraient continuer à augmenter en lien avec une stabilité atmosphérique continuant à favoriser l'accumulation des émissions locales qui s'ajouteront au niveau de fond particulaire déjà élevé. 


Pour en savoir plus, renez-vous sur le site de l'ASPA Alsace

Vigilance
Si les mesures d'urgence ne sont pas encore enclenchées dans le Bas-Rhin par les pouvoirs publics, la préfecture recommande toutefois de se tenir régulièrement informé de l'évolution de la situation. Pour ce faire, vous pouvez consulter le site de l'agence ATMO

La pollution, enjeu des municipales
  • Mulhouse fait partie des secteurs concernés ces jours-ci par la mauvaise qualité de l'air. Un phénomène dont profite la tête de liste socialiste Pierre Freyburger. Ce vendredi 14 mars, il a interpellé par voie de communiqué son adversaire - le maire sortant UMP Pierre Rottner.

Voici son communiqué

" Mulhouse et son agglomération connaissent un épisode aigu de pollution de l'air par les particules.

Au cours du mandat qui s'achève, nous avons régulièrement alerté le Maire et son équipe sur l'enjeu sanitaire que représente cette forme de pollution auquel il faut répondre de manière ponctuelle en période de crise et sur le fond avec des politiques publiques plus soucieuses de la santé et du bien-être de chacun, mais particulièrement des plus fragiles comme les personnes âgées ou les enfants.

Le seuil d'alerte étant atteint nous demandons à Jean Rottner et Jean-Marie Bockel de réagir et de mettre en place des mesures comme la gratuité des transports en commun pendant toute la durée du pic de pollution.

Pour mémoire une étude de l'institut de veille sanitaire a pointé le nombre élevé de décès liés à cette pollution sur notre territoire sans qu'aucun véritable plan d'action n'ait jamais été mis en place."


Pierre Freyburger - Conseiller Municipal de Mulhouse et Conseiller Général du Haut Rhin
Cléo Schweitzer - Conseillère Municipale de Mulhouse et Conseillère Régionale d'Alsace


  • A Strasbourg aussi, la qualité de l'air s'invite dans la campagne. Là, ce sont les militants écologistes de la liste EELV qui transforment le phénomène météorologique en enjeu électoral. 
"Prendre enfin les mesures qui s’imposent ! Seuil d’information, seuil d’alerte, seuils dépassés….
Depuis 9 jours, la pollution atmosphérique s’est installée à Strasbourg, en Alsace et dans 30 départements français.
Le printemps est arrivé avec ses flots de particules fines, les pics de pollution se répètent. Voilà des années que les écologistes interpellent les instances européennes, nationales et locales sur les dangers des émissions de particules fines sur la santé publique de nos concitoyens.
Une fois les seuils d’alerte passés, on tourne la page et tout recommence comme avant… En attendant la suivante.
Nous disons stop ! Quand les seuils sont dépassés, il est déjà trop tard. 42000 personnes par an sont victimes de cette irresponsabilité. Réduire de manière durable la concentration de particules fines appelle des mesures structurelles et sur long terme que nous, écologistes, revendiquons pour Strasbourg. Et au-delà de Strasbourg, pour la CUS et toute la plaine du Rhin."