• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Léon Nisand, grand résistant et homme d'engagements est mort vendredi soir

© Claude Truong-Ngoc / Wikimedia Commons
© Claude Truong-Ngoc / Wikimedia Commons

Grand résistant, co-fondateur du mouvement pour le Planning familial, médecin hématologiste, écrivain, membre du parti socialiste, Léon Nisand est mort à l’âge de 90 ans vendredi soir à Schiltigheim. Il laissera le souvenir de ses nombreux engagements. 

Par Céline Lang

Né le 28 septembre 1923, Léon Nisand était un médecin, un résistant et un écrivain. Il était le père de 5 enfants, dont le Professeur gynécologue Israël Nisand et Raphaël Nisand, l'ancien maire PS de Schiltigheim. 

Né à Strasbourg, il est élève au lycée Fustel de Coulanges. Pendant la seconde guerre mondiale, il est forcé de quitter l'Alsace annexée et se replie à Toulouse avec sa famille. En 1942, il s'engage dans la Résistance. 

Dès son entrée en Résistance, il devient aumônier. D'abord pour les enfants juifs cachés, puis pour les prisonniers des camps d'internement de Juifs de la zone Sud-Ouest. En 1943, il prend le maquis à Vabre dans le Tarn et prend part en mai 1944 à la libération de Tarbes et de Castres. Il ira ensuite combattre pour la libération de l'Alsace-Lorraine. 

C'est ensuite, à partir de 1950, qu'il devient médecin hématologiste, spécialiste du sang. Il passera ses premières années professionnelles en mission humanitaire en Israël. Il rejoint ensuite la Banque du sang et dirige, entre 1955 et 1965, plusieurs laboratoires d'analyses médicales à Colmar et Mulhouse. Il s'engage aussi dès 1960 dans la fondation du Mouvement pour un planning familial, dont il devient vice-président puis président du comité d'éthique jusqu'en 1971. Il prend sa retraite en 1986 à l'âge de 63 ans.

Sa carrière politique est marquée par son engagement au sein du Parti socialiste. Il fera partie de la liste de Jean-Marie Bockel à Mulhouse en 1989. Il préside aussi l'Office Municipal des Sociétés Patriotiques et des Anciens Combattants (OMSPAC). Franc-maçon, il a été Grand Maître adjoint de l’Ordre maçonnique mixte international  "le Droit Humain". C'est de cet engagement que seront issus plusieurs ouvrages. Son autobiographie est intitulée "De l'étoile jaune à la résistance armée".

Léon Nisand est Commandeur de la Légion d'honneur, titulaire de la Croix de guerre et de la Médaille de la Résistance.




Sur le même sujet

La réaction de Maître Weltzer

Les + Lus