Cet article date de plus de 7 ans

Vignette allemande : les réactions se multiplient, les commerçants kehlois s'inquiètent

Le gouvernement allemand a annoncé l'instauration d'un péage pour tous les automobilistes. Les Allemands s'acquittent déjà d'une vignette qui sera minorée, mais les automobilistes étrangers subiront une taxation de l'ordre de 110 euros par an, dix euros pour dix jours ou vingt pour deux mois.
Une vignette pour circuler en Allemagne ?
Une vignette pour circuler en Allemagne ? © France 3 Alsace
Dans les magasins de l'autre coté du Rhin, on a déjà sorti les calculettes,  pour évaluer les pertes.
durée de la vidéo: 01 min 32
Vignette auto allemande : réaction des commerçants
Toni Vetrano, le maire de Kehl, a écrit au ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble pour lui faire part de sa "grande inquiétude", alors que 45% des clients des commerces du centre-ville de Kehl sont des Français.

Cette "forme de péage" nuirait à la coopération transfrontalière, explique Toni Vetrano qui souligne que 3 000 ressortissants français se sont installés ces dernières années à Kehl, 400 enfants de Kehl fréquentent les écoles de Strasbourg et une centaine d'enfants strasbourgeois sont scolarisés à Kehl. 

Le communiqué de la mairie de Kehl sur la vignette auto


Le maire de Strasbourg Roland Ries, également président de l'Eurodistrict Strasbourg-Ortenau, y voit aussi "une atteinte à la libre circulation" au sein de cet espace transfrontalier qui se veut précisément comme "un territoire sans frontière", dans un entretien aux Dernières Nouvelles d'Alsace.

A Forbach également, "on est en train de construire un Eurodistrict avec nos voisins allemands, et ceux-ci ne sont d'ailleurs pas davantage favorables à cette mesure", a indiqué le maire de cette commune mosellane frontalière, Laurent Kalinowski, qui peut "difficilement concevoir d'avoir un frein à la mobilité".

Au total, plus de 50.000 Français (30.000 Alsaciens et 20.000 Lorrains), traversent la frontière pour travailler en Allemagne, selon des estimations de l'Insee.

La Commission européenne a d'ores et déjà indiqué qu'elle se mettrait en travers de tout projet discriminant les étrangers. Les Pays-Bas et l'Autriche ont fait savoir qu'ils étaient prêts à porter plainte contre le mécanisme.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie