• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Groupe Mobilier Européen Rapp : amélioration des offres de reprise

Un communiqué de presse du groupe Mobilier Européen annonce l’amélioration des offres de reprise qui permettrait d'élever légèrement le niveau de sauvegarde de l’emploi. Le siège à Kingersheim ne bénéficiera pas de ces améliorations : 290 emplois sur 350 sont toujours menacés.

Par A.B.

A la suite des offres de reprise fermes reçues le 7 octobre dernier, les candidats repreneurs avaient jusqu’au 24 octobre pour apporter des améliorations à leurs projets. Dans un communiqué de presse reçu aujourd'hui, le groupe Mobilier Européen annonce une légère amélioration des propositions de reprises. Le siège à Kingersheim reste malgré tout menacé. Sur les 350 postes, 290 emplois devraient disparaître.

Ci-dessous un extrait du communiqué de presse :

"C’est aux alentours du 12 novembre prochain que la chambre commerciale du Tribunal de Grande Instance de Mulhouse se prononcera sur ces offres, qui lui seront formellement remises demain, le 29 octobre. Cependant, avant même ce délibéré, l’ensemble formé par les offres fait apparaître plusieurs perspectives :
• Les offres fermes améliorées confirment le niveau de reprise qui avait été annoncé lors de la remise des offres fermes le 7 octobre dernier ;
• Parmi les 21 offres de reprise confirmées et améliorées, 9 sont jugées recevables par
les administrateurs judiciaires ;
• Ces 9 offres agrégées font apparaître un niveau de sauvegarde de l’emploi qui est de 1009 salariés sur un total de 2076 si l’on considère les magasins détenus en direct et le siège ; à cela s’ajoutent 124 propositions de reclassement prévues par les offres. Par rapport aux premières offres fermes reçues le 7 octobre, on élève donc légèrement le niveau de sauvegarde de 971 à 1009 emplois, auxquels s’ajoutent 124 propositions de reclassement (total :1133).
• 52 magasins détenus en direct sur 95 font l’objet d’offres fermes de reprise. Les troisenseignes du Groupe, Fly, Atlas et Crozatier, sont concernés par des offres et devraient donc continuer d’exister. Tous les réseaux de franchise Atlas, Fly et Crozatier, c’est-à-dire 48 magasins et 1600 salariés, font également l’objet d’offres fermes de reprise, sous réserve de leur accord.
• L’offre de reprise la plus importante, celle de NF Holding, a été confirmée. Elle a été adoptée à l’unanimité par les comités de créanciers concernés. Emanant de l’actuel directeur financier de Mobilier Européen Nicolas Finck, celle-ci prévoit la reprise de 724 emplois et porte sur 41 magasins Fly ainsi que les contrats de franchise. L’offre prévoit également 5 offres de reclassement. Cette offre propose un repositionnement stratégique du concept « Fly » en renforçant le concept du design à prix abordable et en développant l’offre « déco » de l’enseigne, afin de se distinguer des grands acteurs du marché.
• L’enseigne But a confirmé une offre qui prévoit la reprise de 228 salariés sur 6 sites ainsi que 119 propositions de reclassement.
• Depuis le 7 octobre, un travail important a été mené pour assurer la compatibilité des offres entre elles. En particulier, il existait des difficultés de compatibilité entre l’offre NF Holding et celle de l’enseigne But. Ces difficultés ont été levées et une offre conjointe a été déposée qui permet de maximiser les magasins et salariés repris.
• Une offre, présentée par la société Casalys (constituée par des cadres de Crozatier) et portant sur la reprise de 4 magasins Crozatier, 28 salariés dans les magasins et 8 salariés au siège (soit au total 36 salariés), a également été confirmée.
• L’offre Arum, incomplète et imprécise, n’a finalement pas été confirmée.
• Pour les salariés qui ne sont concernés ni par des offres de reprise ni par des propositions de reclassement (981 emplois concernés), les représentants du
personnel, avec la direction et les administrateurs judiciaires, travaillent de concert sur les contours d’un Plan de Sauvegarde de l’Emploi (PSE). Grâce à l’anticipation du Groupe qui a notamment mené en août et septembre une opération de liquidation de stocks dans 50 magasins, une enveloppe de 20 millions d’euros a été sécurisée pour garantir des indemnités aux personnes qui perdraient leur emploi."

Le Tribunal de Grande Instance de Mulhouse étudiera les offres fermes de reprise
améliorées le 29 octobre prochain. Il se prononcera sur l’ensemble du plan de cessions le 12 novembre prochain.

Sur le même sujet

Vincent Lambert : la cour d'appel de Paris ordonne la reprise des traitements

Les + Lus