• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Jean-Pierre Masseret sera le candidat du Parti Socialiste aux régionales

© MaxPPP
© MaxPPP

Les militants ont fait leur choix ce jeudi. Ils ont voté pour désigner leurs candidats dans huit régions. C'est l'actuel président de la région Lorraine qui sera tête de liste du PS en Alsace Champagne-Ardenne Lorraine.

Par VT / LG

Ce nouveau vote intervient après une première tentative annulée en décembre, dernier suite à l'obstruction d'une partie des militants. En cause : un conflit autour des listes électorales internes du parti.

Vers 17h30 ce jeudi soir, au local du PS, les militants choisissent leurs candidats pour les cantons rémois. Tout semble se dérouler sans encombre. Sauf que, dehors 3 candidats annoncent leur retrait du scrutin. La veille, ils ont été exclus du PS.
L'origine du conflit est qu'une centaine de militants ont été rayés des listes par la direction qui juge leur adhésion non-conforme. En décembre, ils font pression pour annuler la désignation des candidats aux départementales. Le bureau de vote sera cadenassé, des échanges seront brutaux.

Quant à la conseillère générale Sabrina Ghallal, bien qu'exclue du parti, elle compte se présenter devant les électeurs en mars prochain.

Jean-Pierre Masseret (71 ans) est actuellement président du conseil régional de Lorraine et sénateur de Moselle.
Dans sa "profession de foi", il met en avant l'Humain et le Social.

Pour cette nouvelle grande région, il souhaite une "Région qui affirme, défend, réalise les valeurs sociales de la République ; une Région impliquée, engagée dans le quotidien mais également dans la préparation de l'avenir".

Il souhaite "imaginer, proposer et construire une organisation politico-administrative" différente que celle existante actuellement.
Il proposera que la nouvelle Région "adhère à l'indicateur Betterlife Index qui permet de mesurer la qualité de vie à partir de 11 critères (logement, revenu, emploi, éducation, environnement, santé, services publics, sécurité…"

Et dans les autres région ?

Seul candidat, Pierre de Saintignon, premier vice-président de la région Nord/Pas-de-Calais et premier adjoint de Martine Aubry à Lille a été désigné pour mener la liste de la future région Nord/Pas-de-Calais/Picardie, a annoncé le PS.

En Normandie, Nicolas Mayer-Rossignol, l'actuel président de Haute-Normandie, a aussi reçu l'onction des militants, selon le PS. Le président de Basse-Normandie Laurent Beauvais s'était rangé derrière lui.

En région Centre, François Bonneau, président sortant, seul candidat, a été désigné, tout comme Jean-Pierre Masseret (actuel président de la région Lorraine) pour l'Alsace/Champagne-Ardenne/Lorraine.

Toujours selon le PS, en Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon, les militants ont approuvé le binôme formé par la secrétaire d'Etat au Commerce et à l'Artisanat Carole Delga et le président sortant de Languedoc-Roussillon Damien Alary (PS). Le maire de Rodez, Christian Teyssèdre, avait jeté l'éponge dans la journée de jeudi.

Le président sortant de la région Aquitaine Alain Rousset a été désigné en devançant largement son challenger Jean-François Macaire, président du conseil régional de Poitou-Charentes pour le futur ensemble Aquitaine/Poitou-Charentes/Limousin.

Jeudi à minuit, le scrutin n'était pas clos dans deux régions, en Provence-Alpes-Côte d'Azur, Christophe Castaner, député-maire de Forcalquier (Alpes de Haute-Provence), devait l'emporter face à Patrick Allemand, premier vice-président du conseil régional, et Elsa Di Méo, conseillère régionale et conseillère municipale de Fréjus (Var).

Pas de surprise à attendre pour la Guadeloupe, où le président sortant du Conseil régional et ex-ministre Victorin Lurel est seul candidat.

Dans les Pays de la Loire, Christophe Clergeau, vice-président de la région, soutenu par le président socialiste sortant Jacques Auxiette, avait déjà été désigné par les militants le 22 janvier.

En Ile-de-France, Bretagne, Bourgogne-Franche-Comté, Rhône-Alpes, Corse et autres territoires d'outremer, les désignations auront lieu à une date ultérieure, après les élections départementales des 22 et 29 mars.

A noter qu'en dehors de cette bataille interne au PS,le Parti radical de gauche, allié gouvernemental du PS, a fait savoir par la voix de son président Jean-Michel Baylet qu'il voulait une tête de liste dans une des 13 nouvelles régions et que Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon semblait tout indiquée pour une candidature de la ministre du Logement Sylvia Pinel.

A lire aussi

Sur le même sujet

La réaction de Maître Weltzer

Les + Lus