Cet article date de plus de 5 ans

Accident du TGV : les hôpitaux face à l'afflux de dizaines de blessés

A l'annonce de la catastrophe, le Plan blanc a été déclenché au sein des Hôpitaux universitaires de Strasbourg. Les salles d'opération, qui ont accueilli 18 blessés graves, ont fonctionné toute la nuit.
Le bilan de la catastrophe est lourd : 11 personnes décédées et 39 blessés. Parmi ces derniers, deux sont encore dans un état extrêmement préoccupant. Dix blessés hospitalisés hier en urgence absolue ont pu "être stabilisés". Les trois enfants hospitalisés vont bien, deux d'entre eux ont été opérés hier mais leur jours ne sont pas en danger.

Déclenchement du Plan blanc

Différents établissements publics et privés d'Alsace ont été mobilisés pour l'accueil des victimes, mais les 18 cas les plus graves ont été pris en charge par les Hôpitaux universitaires de Strasbourg. Les HUS, quelques minutes seulement après l'accident, ont déclenché le Plan blanc. Les dernières fois qu'il fut actionné remonte à 2001, lors de la catastrophe de Pourtalès ou en 1992, lors du crash du Mont Sainte-Odile. Un accueil des familles a été organisé au Nouvel Hôpital Civil et à Hautepierre, avec une cellule psychologique. Un dispositif levé samedi soir, mais un suivi est toujours proposé aux victimes et à leurs proches.

durée de la vidéo: 02 min 06
Après le déraillement du TGV, les hôpitaux de Strasbourg face à l'afflux de blessés ©France 3 Alsace

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers sncf économie transports santé société