Alsace : “Chloé, un projet pour la Vie” appelle aux dons pour aider une jeune femme handicapée

Charlotte et Chloé (à droite). / © Sonia Cardoner
Charlotte et Chloé (à droite). / © Sonia Cardoner

L'association "Chloé, un projet pour la Vie" organise une soirée caritative samedi 16 novembre au cercle Saint-Symphorien à Illkirch-Graffenstaden dans le Bas-Rhin. Objectif : aider une jeune handicapée à acquérir un bureau informatisé et un fauteuil roulant plus récent. Sa mère témoigne.

Par Claude Lepiouff

Chloé, 19 ans, est atteinte d’une infirmité motrice cérébrale (IMC) causée par sa naissance prématurée. Une association, "Chloé, un projet pour la Vie", a été créée pour porter assistance à cette jeune femme. Elle organise une soirée festive, samedi 16 novembre de 19h30 à 21h, au cercle Saint-Symphorien à Illkirch-Graffenstaden (Bas-Rhin) avec au programme des spectacles et une tombola. Le but est de financer du matériel médical pour Chloé, dont l'autonomie est réduite.

Elle se déplace en fauteuil roulant, ses mains sont malhabiles, ses gestes lents et hésitants mais sa volonté de progresser est impressionnante. Issue d'une famille modeste qui habite Plobsheim dans le Bas-Rhin, Chloé a été à l'école jusqu'au CM1. Elle sait compter, lire et écrire mais n'a pas eu droit à des études

Le choix de vivre à la maison

Sa mère, Sonia, travaille à mi-temps dans une association. Elle a dédié sa vie à celle de sa fille : "Elle a fait le choix de vivre à la maison suivie par une auxiliaire de vie. Chloé va sur Facebook, c'est l'une des seules possibilités d'avoir un contact avec le monde extérieur. Toutes les deux semaines elle retrouve, pour trois jours d'internat, des amis qu'elle s'est fait dans son enfance en institution spécialisée."  La mère ajoute : "Mon but est qu'elle puisse sortir et ne pas être brimée. C'est le prix de sa liberté."
 
Chloé. / © Nabil Bouazu
Chloé. / © Nabil Bouazu

La jeune femme a besoin d'équipements spécifiques pour vivre presque normalement et ceux-ci sont coûteux. Sa famille ne parvient pas à assurer le financement d’un nouveau fauteuil roulant, la construction d'un bureau à hauteur variable, adapté à son positionnement et l’achat d'un lit médicalisé deux places. Si la Sécurité sociale propose une aide financière, elle ne couvre qu'une partie des frais. Les restes à charge pour la famille sont très élevés. La Caisse primaire d'assurance maladie (CPAM) propose par exemple de verser 1.030 euros pour un lit médicalisé deux places qui coûte 3.758 euros. 


Des fauteuils mal remboursés

La mère de Chloé pointe du doigt la Sécurité sociale : "Le handicap moteur est le plus mal loti. Il faut revoir les textes sur les montants de prise en charge. La Sécu a décidé de prendre en charge à 100% l'achat de fauteuils roulants, à condition qu'ils soient d'occasion. Ma fille a besoin d'un fauteuil sur mesure donc non remboursé. Nous, les petites associations parentales ("ensemble pour Chloé"), ne sommes ni écoutées, ni sollicitées. 

 

Sur le même sujet

Les + Lus