L'Alsace n'est pas la Corse selon le rapport Marx

Publié le Mis à jour le
Écrit par Guillaume Legrand
Un "Brexit Alsacien" de la région Grand Est est loin d'être au programme...
Un "Brexit Alsacien" de la région Grand Est est loin d'être au programme... © Pascal Brocard - MaxPPP

L'Alsace n'est pas la Corse, c'est en somme ce qu'il faut retenir du rapport "Mission Alsace Grand Est" du préfet Jean-Luc Marx, dévoilé ce mardi 7 août.

"La plupart des Alsaciens ne se vivent pas insulaires mais rhénans, européens", justifie le préfet du Grand Est et du Bas-Rhin, Jean-Luc Marx. En ces mots, le rapporteur désapprouve le désir d' "insularité" de nombreux élus alsaciens, revendiquant une collectivité à statut spécifique, à l'image de la Corse. Si le rapport Marx comprend le "désir d'Alsace", il indique très clairement que les desiderata ne peuvent pas faire évoluer d'avantage la décentralisation et la déconcentration de l'administration française. Toutefois, dans les préconisations, les départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin tendraient à fusionner en un département unique.
 

Une ancienne région rétrogradée au rang de département ?

"Même si certains pourraient y voir une forme de « disqualification » d'une ancienne région rétrogradée au « rang » de département", reconnaît le rapport Marx, il fait quelques concessions sur des compétences transférées par l'Etat à ce "grand département" aux "compétences renforcées" : "bilinguisme, gestion du Rhin, transports". De nouvelles attributions pourraient être déléguées à la région également : "tourisme, attractivité, culture." Le calendrier, lui, n'est pas connu dans ce rapport, il faudra attendre la réaction du gouvernement. Les contours de la réforme sont également encore flous.
 

Rapport Au Premier Ministre - Mission Alsace Grand Est - VF by Guillaume Legrand on Scribd

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.