Alsace : grève des infirmiers anesthésistes, la mobilisation est forte pour une revalorisation statutaire

Les infirmiers anesthésistes sont en grève jusqu'au 11 novembre pour la troisième fois en six mois. Ce mouvement national est particulièrement suivi en Alsace. Les professionnels de santé réclament une revalorisation statutaire et salariale. Témoignage.

Une semaine « bloc mort » a débuté dans les hôpitaux ce lundi 8 novembre. Pour la troisième fois en six mois, les infirmiers anesthésistes sont en grève au niveau national pour demander une revalorisation statutaire et salariale. En Alsace, ils sont nombreux à débrayer. 100 % de grévistes par exemple à Saverne.

Conséquence : la déprogrammation d'une grande partie des interventions. Seules les opérations urgentes sont assurées. Nous avons recueilli le témoignage d'Yves Mosbach, infirmier anesthésiste et délégué syndical Force Ouvrière à l'hôpital de Saverne.

Quels sont les motifs de votre grève ?

"Nous sommes en attente d’une revalorisation statutaire à la hauteur de notre formation qui est la plus importante de toute la pratique infirmiers, avec les niveaux de rémunération en conséquence. Nous demandons à rentrer dans le statut "d’auxiliaire médical en pratique avancée".

Cela permettrait de garder l’attractivité de notre métier et c’est le plus important car nous ne sommes pas nombreux à travers la France. C’est un exercice qui demande beaucoup de compétences et de responsabilités. S’il devient moins intéressant en terme de rémunération, il y a de fortes chances qu’il soit moins attractif et cela créera d’autres problèmes sur la prise en charge des blocs opératoires dans le pays."

Le mouvement est-il suivi en Alsace ?

"Le mouvement est très suivi au niveau des blocs opératoires. Au centre hospitalier de Saverne, une salle d’opération seulement a tourné ce lundi, des interventions ont été déprogrammées, pareil à Haguenau et Sélestat. Au CHU de Strasbourg, l’impact est très important car seules 30 % des interventions ont eu lieu.

Notre demande évolue depuis 2016 et nous ne sommes toujours pas entendus par le gouvernement. Nous avons donc décidé de durcir le mouvement et d’avoir un impact sur le public. C’est un peu à contrecœur parce que nous avons tous à cœur de garder un système de santé efficace mais quand on ne se fait pas entendre, il faut aller plus loin."

Quelles sont les conséquences de la grève en matière de soins ?

"Concrètement, sans infirmier anesthésiste, le bloc opératoire ne fonctionne pas. Votre intervention ne peut pas se faire car un médecin anesthésiste seul ne peut pas fonctionner sur les différentes salles opératoires. Nous avons bloqué le système en laissant quand même la place à l’urgence car nous avons une responsabilité de continuité des soins que nous assumons. Mais il faut maintenant absolument que nous le gouvernement nous écoute et que nos élus se mobilisent sur ce dossier."

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Grand Est
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité