Alsace: un ornithologue nous explique pourquoi les oiseaux disparaissent et comment les sauver

Publié le Mis à jour le
Écrit par Catherine Munsch .

En Alsace aussi, les oiseaux disparaissent. Parfois pour les mêmes raisons qu'à l'échelon national, mais d'autres sont liées strictement à la gestion locale des terres agricoles, des villes et des forêts. Or des solutions existent pour contrer ce déclin.




Le Muséum national d’histoire naturelle (MHNH) et le CNRS viennent de publier deux études selon lesquelles les oiseaux des campagnes disparaissent de façon massive, depuis ces vingt dernières années. Nous le constatons aussi en région et l' Alsace ni échappe pas. Il existe plusieurs raisons à cette hécatombe et il existe aussi des solutions. Un ornithologue nous dit tout.

La diminution est-elle propre au milieu agricole? 

Non, elle existe aussi en forêt et en ville. Les deux études du Museum d'histoire naturelle et celle du et CNRS ne concernent que le milieu agricole. mais un travail est en cours, pour la France, sur les oiseaux en ville et en forêt. Pour l'instant il existe des chiffres au niveau européen. Selon une étude rapportée sur un site consacré à l'Etat de la Planète  en 30 ans, 421 millions d'oiseaux ont disparu, ce qui représente 20% d'une population totale d'un peu plus de 2 milliards d'oiseaux européens au début des années 80.

La cause principale de ce déclin ?

Il n'y a pas une cause mais des causes, qui diffèrent selon les milieux. En tête, l’intensification des pratiques agricoles ces vingt-cinq dernières années. Les parcelles sont de plus en plus grandes, sans un arbre ni un buisson à perte de vue qui pourrait permettre à un oiseaux de se poser, de se nourrir ou de s'abriter. 



Alexandre Goncalves, ornithologue LPO (Ligue protectrice des oiseaux)

 

Alexandre Goncalves, ornithologue de la LPO interviewé au milieu de champs où aucune biodiversité ne trouve de place. En cause notamment les pesticides, insecticides et fongicides.



En forêt aussi les oiseaux souffrent de l'intervention humaine, même si les chiffres restent stables dans ce milieu. La disparition des oiseaux y est moins dramatique quand on les comparent à ceux des 15 à 20 dernières années. Mais dans les années 60-70 il y a avait aussi beaucoup plus d'oiseaux. Ces milieux se dégradent à cause du réchauffement climatique. Avant le réchauffement, les essences d'arbres étaient adaptées à de longs hivers et à plus d'humidité. Désormais ils se dessèchent et meurent ou manquent d'eau au point de ne plus apporter aux oiseaux l'environnement dont ils ont besoin.



Le mode de gestion forestière française est en cause également. Plus qu'auparavant, elle est exploitée de façon très intensive. De plus en plus les plantations mono-spécifiques augmentent. En Alsace, ce sont les communes qui paient la gestion des forêts et décident souvent de ne plus investir, parce qu'elles ne sont pas assez rentables. Autre phénomène, on sort le bois de plus en plus jeune pour l'exploiter. Une forêt vieille doit avoir plusieurs centaines d'années or en Alsace il existe quelques réserves naturelles, mais c'est loin d'être beaucoup.





En milieu urbain, les populations sont à peu près stables. Certains oiseaux y disparaissent, mais d'autres y apparaissent. Il faut se rappeler que les oiseaux des villes viennent d'ailleurs. Elles sont des zones de substitution pour les oiseaux qui ont su s'adapter. Le pigeon ramier, par exemple y est en augmentation, tout comme la pie bavarde. Simplement parce que ces oiseaux nichent dans les arbres et qu'ils ne trouvent plus d'arbres sur les terres agricoles. Mais historiquement, c'étaient des oiseaux des campagnes. Le moineau domestique et l'hirondelle des fenêtres sont aussi très menacés.



Les hirondelles sont essentiellement insectivores, or ceux là disparaissent, elles ne peuvent donc plus se nourrir. Elles font partie de ces espèces d'oiseaux très spécialisés dans leur mode alimentaire qui ne mangent que des insectes ou que graines et sont donc très menacées, Contrairement aux oiseaux généralistes qui se débrouillent avec un spectre d'alimentation important, comme les mésanges bleues et les mésanges charbonières. Les gaz d'échappement restent un problème également, mais surfaces enherbées où les pesticides et autres produits chimiques sont supprimés par certaines communes, améliore la situation.

Les solutions pour voir ces populations d'oiseaux réapparaître? 

En milieu agricole: Revenir à des parcelles agricoles plus petites, recréer des haies vives pour permettre aux rongeurs, oiseaux et insectes de se réfugier, s’alimenter et se reproduire. Supprimer ou du moins réduire considérablement les pesticides, insecticides et fongicides de synthèse.



En forêt: laisser des arbres morts sur pied ou de vieux arbres en place, ainsi que du bois mort au sol pour permettre aux oiseaux de trouver le gîte et le couvert. Il faudrait aussi définir des zones de plusieurs dizaines d'hectare où l'homme n'interviendrait plus du tout, pour que la forêt redevienne naturelle. 



En milieu urbain: les communes pourraient être encore plus nombreuses à passer au zéro phyto dans le traitement des surfaces végétalisées. Le particulier, quant à lui, peut aussi contribuer fortement à la préservation et au retour des oiseaux, en n'utilisant pas de produits chimiques de synthèse dans leurs jardins et sur leurs terrasses. 

Reportage sur les oiseaux des champs en voie de disparition

Nadine Ly, Bernard Stemmer











 











Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité