Bas-Rhin : Saverne expérimente des trottinettes électriques en libre-service

Publié le
Écrit par Astrid Servent

Après les grandes villes, les trottinettes électriques en libre-service s’invitent dans le décor des villes moyennes. C’est le cas à Saverne qui teste depuis le lundi 16 mai 2022 une flotte de 75 véhicules à deux roues répartis entre 30 points de stationnement.

Elles ne font pas de bruit mais permettent à leurs utilisateurs de gagner du temps ou de découvrir Saverne à petite vitesse. Depuis le lundi 16 mai 2022, la Ville propose 75 trottinettes électriques en libre-service. Les premiers usagers en sont ravis.

Les jeunes qui ont déjà testé le nouveau destrier, les avis sont unanimes : "C’est une bonne initiative pour Saverne. Pour les lycéens qui n’ont pas le permis, c’est bien pour aller de la gare au lycée du Haut-Barr. C’est facile et c’est pratique".

A l’origine de cette aventure : un jeune homme de 20 ans, Ilhan Kosal. Habitant Saverne, il trouvait que se déplacer à Saverne était bien compliqué quand il fallait rallier le bas et le haut de la ville. Il a voulu voir grand et proposer un service de trottinettes électriques en libre-service.

Un jeune qui en veut

Sa proposition est venue nourrir la réflexion que Stéphane Leyenberger, le maire de Saverne avait déjà engagé sur le sujet. Un fournisseur avait déjà été identifié mais face au projet d’un jeune, investi et implanté, le premier magistrat fait son choix. Ce sera Ilhan Kosal. Le constructeur choisi n’est autre que Bird, qui a déjà proposé ce service en juin 2021 à Sarreguemines.

Désormais à la tête de sa jeune société Kosal Group, Ilhan Kosal devient donc l’exploitant : "Je m’occupe du déploiement, du chargement et de l’entretien des trottinettes. Depuis mon smartphone, je peux voir quelle trottinette est déchargée, aller la chercher et la ramener au dépôt pour la remettre en charge. On a 75 véhicules et 30 points de stationnement".

Comment ça marche ?

Concrètement, il suffira d’avoir un smartphone et d’y installer l’application Bird (semblable aux applications pour le stationnement) pour pouvoir emprunter une trottinette. Ces dernières, comme les stations, sont géolocalisées.

Circuler en ville implique un certain nombre de règles. Ces trottinettes sont pré-programmées en fonction de l’endroit où elles circulent. Les véhicules sont ainsi bridés à 10 km/h dans la rue piétonne et le port, 15 km/h dans l’hypercentre et 20 km/h pour le reste de la ville.

Pour pouvoir les utiliser, il est obligatoire d’avoir plus de 18 ans et recommandé de s’équiper soi-même d’un casque. Côté tarif, l’usager paye 1€ pour débloquer la trottinette électrique puis 25 centimes à la minute. Pour les utilisateurs réguliers, il y a des formules à la journée et au mois.

Mobilité douce et perspectives

Ces engins offrent désormais une alternative supplémentaire aux Savernois et aux visiteurs pour les petits déplacements intra-muros. Pour l’adjoint au maire de Saverne, Jean-Claude Buffa, c’était nécessaire : "Cela répond à un besoin en mobilité douce, un besoin touristique et économique. On est dans une ville vallonnée donc les déplacements en vélos non électrifiés, c’est un peu compliqué. On avait déjà des vélos électriques sur le port de plaisance, à l’office de tourisme. Les trottinettes, c’est un vrai plus".

Il s’agit pour le moment d’une phase expérimentale de 6 mois, qui, si elle est concluante, pourrait s’ancrer dans le paysage savernois.