Bas-Rhin : un restaurant propose de payer ses bières et ses tartes flambées en bitcoin

Depuis le 1er octobre 2021, le restaurant Au Cheval Noir, à Hoenheim, propose à ses clients de régler leur note en cryptomonnaie. Le responsable du lieu croit en l'avenir de ces monnaies numériques.

À Hoenheim, c'est une petite révolution que propose le restaurant traditionnel Au Cheval Noir. Depuis le 1er octobre 2021, il est possible pour ses clients de payer en cryptomonnaie, c'est-à-dire en monnaie numérique, disponible sur internet et indépendantes de tout système bancaire. Le bitcoin, la plus connue d'entre elles, est accepté parmi d'autres.

Il y a encore quelques années, Mathieu Honold, responsable de l'établissement, n'était pas le mordu de monnaies numériques qu'il est aujourd'hui : "Je suivais tout ça de loin", avoue-t-il. À l'époque, ils étaient peu nombreux à croire que les monnaies numérique pouvaient avoir un avenir radieux. Aujourd'hui, la communauté s'est agrandie.

Parmi ces nouveaux adeptes, le responsable du restaurant Au Cheval Noir, à Hoenheim : "Pendant le premier confinement, j'ai pris du temps pour m'intéresser aux cryptomonnaies, et cela me passionne ! J'ai commencé à faire ça de mon côté, et depuis quelques semaines, au restaurant." 

Un procédé voué à se démocratiser

Pour Mathieu Honold, c'est bien simple : "Il faut vivre avec son temps. L'avenir, c'est la monnaie numérique." C'est pourquoi il permet aux clients de régler leurs tartes flambées ou encore leurs bières en bitcoin, ou en bitcoin Lightning : "C'est une sorte de surcouche au bitcoin traditionnel, pensée pour les commerces, et qui permet d'effectuer plus de transactions en réduisant le coût de chacune d'elles", explique-t-il.

Au Cheval Noir est le premier restaurant du Bas-Rhin à permettre ce mode de paiement : "Il faut bien se lancer, car plus il y aura d'utilisateurs, et plus cela sera démocratisé. J'entends beaucoup de personnes dire que ce n'est pas sécurisé, et qu'on peut se faire voler ses bitcoins. Mais on a tout autant, voire plus de risques de se faire voler ses billets au distributeur..."

Je ne pensais pas que cela intéresserait du monde, j'ai juste créé ça pour moi à la base !

Mathieu Honold

Responsable du restaurant Au Cheval Noir

Depuis que le paiement en cryptomonnaie est proposé dans l'établissement, deux restaurants de Saverne et Mulhouse se sont renseignés auprès de Mathieu Honold pour offrir le même service : "Je ne pensais pas que cela intéresserait du monde, j'ai juste créé ça pour moi à la base !", sourit le restaurateur. En effet, comme il l'explique sur le site internet du restaurant, le responsable ne force jamais un client à changer ses habitudes, et tous les autres modes de paiement restent acceptés.

Depuis le 1er octobre, moins de dix transactions ont été faites en cryptomonnaie : "Je ne m'attendais pas à plus. Et les clients qui ont payé ainsi sont essentiellement des membres de ce qu'on appelle la communauté, ceux qui s'intéressent aux monnaies numériques."

La plupart du temps, des satoshis, soit la plus petite division du bitcoin, sont échangés. À titre d'exemple, une tarte flambée à 10€ valait le 16 novembre 19 139 satoshis, soit 0.00019139 bitcoins : "Il n'y a pas impact sur le bilan comptable. L'argent reste en trésorerie, n'est pas converti en monnaie fiduciaire, et il est considéré comme une monnaie étrangère", ajoute Mathieu Honold.

Le champ des possibles des monnaies numériques est immense. Et si Mathieu Honold a lancé ce mode de paiement "pour [s]'amuser", il compte poursuivre sa démarche, et continuer à permettre à ses clients de régler en bitcoin pour toujours.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie économie numérique