Mode d'emploi : êtes-vous prêt pour le zéro déchet ?

Un Français produit en moyenne 590 kilos de déchets par an, dont 365 kilos de déchets "secs" (non putrescibles). / © Pascal Bonnière/Maxppp
Un Français produit en moyenne 590 kilos de déchets par an, dont 365 kilos de déchets "secs" (non putrescibles). / © Pascal Bonnière/Maxppp

Vivre en réduisant ses déchets, voire en les supprimant complètement, est-ce possible ? Certains ont décidé de tenter l’aventure, pour voir si cela est faisable. D’autres ont carrément décidé de jeter leurs poubelles... Zéro déchet : voici le mode d’emploi.

Par Caroline Moreau

Avez-vous déjà fait le test ? Vider vos poubelles pour voir ce qu’elles contenaient. En voici la composition moyenne : les déchets dits "putrescibles" (biodégradables) constituent 25% de ce que l'on jette. Papiers, journaux et imprimés publicitaires arrivent en deuxième position (14.5% du contenu de nos poubelles) suivis par le plastique et les emballages contenant de l'aluminium (11% chacun).

© Infogram
© Infogram


Constat alarmant : le contenu de nos poubelles n’a pas évolué depuis….. quinze ans ! Malgré le dérèglement climatique, malgré les appels à la prise de conscience de préservation de l'environnement, les habitudes de consommation n’ont guère évolué. 

Défi lancé dans l'Eurométropole

A l'initiative du collectif Zero Waste Strasbourg (traduisez zéro gaspillage), une vingtaine de foyers ont décidé de relever le défi : réduire de 30% le volume de leurs déchets en neuf mois. Athénaïs Graff et son compagnon, parents d'un petit Ethan de 2 ans et dans l'attente d'un second heureux événement, tentent actuellement l'expérience.

Depuis septembre 2017, ils s'adonnent donc à un nouveau rituel : peser chacun de leur sac poubelle et relever leurs pesées pour évaluer l'évolution du volume de leurs déchets. Et ils sont les premiers surpris de constater le résultat : leurs sacs poubelles ont déjà maigri de moitié. Ils sont allés au-delà de leurs espérances et ont réussi à réduire de 50% leurs déchets, en changeant simplement quelques habitudes.


Athénaïs et Emmanuel travaillent tous les deux. Elle est infirmière libérale, il est chef cuisinier à domicile. Ils ne disposent donc que de peu de temps libre pour s'acquitter des tâches ménagères, des courses et des repas. Il leur a suffi d'adapter certaines choses et de légèrement modifier leurs habitudes pour arriver à un tel résultat :

1/ Passer au (lombri)compostage
Emmanuel et Athénaïs n'ont pas de jardin. Ils ont installé une compostière dans leur cave. Exit ainsi 25% du volume de la poubelle, constitués par les déchets dits "putrescibles". Que mettre au compost ?


OUINON
Fruits et légumes abîmésProduits gras
Epluchures de fruits et légumesCendres
PainRestes de viandes, poisson, fromage
Essuie-tout, papier et carton alimentairesCoquilles de noix, noisettes, noyaux
Marc de caféLitières animales et excréments
Feuilles de théPlantes malades
Déchets du potagerPlantes récemment traitées
Feuilles mortes, fleurs et plantes fanéesFeuilles de rhubarbe
Tontes de gazon ou d'herbes 
Coquilles d'oeuf 


2/ Faire soi-même ses produits ménagers et ses produits de beauté
S'ils s'attendaient à devoir se transformer en petits chimistes pour réduire le nombre de bidons et de flacons qui finissaient chaque mois au fond de leur poubelle, ils ont été surpris de voir que certains produits ne demandaient que quelques minutes de préparation, voire qu'un seul produit pouvait avantageusement en remplacer plusieurs. Les crèmes de beauté ont donc disparu de la salle de bains d'Athénaïs au profit de l'huile de jojoba aux vertus démaquillantes, anti-rides et hydratantes toutes à la fois.

Comment faire soi-même 3 litres de lessive en 5 minutes ?
  • 100 g de savon en paillettes (8 c. à soupe),
  • 32 g de cristaux de soude concentrés (8 c. à café) (facultatif : à rajouter pour un meilleur effet détachant)
  • 300 cl d'eau chaude
  • quelques gouttes d'huile essentielle de lavande si vous souhaitez parfumer votre linge

Faire bouillir son eau. Dans un saladier, verser les paillettes de savon et les cristaux de soude. Ajouter l'eau chaude. Mélanger au mixeur.... la mixture doit mousser. Laisser refroidir puis verser le mélange dans un ancien bidon que vous apprêtiez à jeter. Secouer le bidon au bout d'une heure pour que la lessive soit visqueuse. Il vous faudra à chaque lavage bien secouer votre bidon, car la lessive peut figer dedans. Pour l'adoucissant, verser 2 cl. à soupe de vinaigre blanc ou de bicarbonate de soude dissous dans un peu d'eau. Le tout vous reviendra à environ... 1,5 euro pour trois mois d'entretien du linge.

Pour apprendre les bons gestes et certaines de leurs (mauvaises) habitudes, Athénaïs et Emmanuel ont profité des conseils d'Ozetik, société créée à Strasbourg par Laure Haag qui propose des idées et des kits pour faire ses produits soi-même. Elle propose également régulièrement des ateliers sur Strasbourg pour apprendre aux autres à faire soi-même. (Calendrier des formations sur la page facebook)

3/ Acheter des bouteilles d'eau en verre
Athénaïs et Emmanuel préfèrent ne pas boire l'eau du robinet. Ils achètent désormais des bouteilles d'eau en verre (notamment pour l'eau gazeuse qu'affectionne Emmanuel) et les rapportent à la consigne : certains commerces et supermarchés de l'Eurométropole ont en effet remis au goût du jour cette ristourne moyennant le retour des contenants en verre.

4/ Jeter sa poubelle
Certains vont même plus loin dans la démarche et ne jettent plus rien. Ou presque. A Strasbourg, c'est même devenu un art de vivre pour Marie Hoffsess. Avec son compagnon et ses deux enfants de 8 et 9 ans, En septembre 2017, ils se sont lancés dans une grande aventure : vivre pendant un an sans déchet et sans acheter d'objet matériel (consultez leur blog)

Voici la poubelle de Marie Hoffsess : cinq mois de déchets ménagers tiennent dans la moitié d'une boîte à chaussures / © FranceTV
Voici la poubelle de Marie Hoffsess : cinq mois de déchets ménagers tiennent dans la moitié d'une boîte à chaussures / © FranceTV

Au bout de cinq mois voici le contenu de sa poubelle : 1 sachet de thé récupéré dans un café (où d'ordinaire elle demande de l'eau chaude avec des rondelles de citron en guise d'infusion), le dernier tube de dentifrice acheté avant de démarrer l’aventure, un verre cassé (dont les morceaux ne pouvant pas être jetés avec les déchets en verre) et autres vieux sachets de mouchoirs en papier.

Ce nouveau mode de vie n'a pas été sans changer les habitudes de consommation. Quand ils vont faire leurs courses, ils ont toujours dans leur panier des bocaux en verre pour la viande ou le poisson, ainsi que des sachets en tissu pour les légumes et les produits secs. Marie achète en vrac tout ce qu'elle peut, comme la farine pour faire son pain. Elle peut également compter sur les commerçants de son quartier qui se sont habitués à ses nouvelles habitudes : quand elle veut du chocolat, elle demande à son pâtissier de lui préparer une plaque sans l'emballer.

Loin d'être contraignante aux yeux de Marie, cette démarche a changé leur vie : "cela nous a amené à repenser nos priorités. Nous ne faisons plus que des achats dédiés à l'alimentaire". Financièrement, c'est ainsi qu'ils s'y retrouvent. Si certains achats leur reviennent plus cher qu'en hypermarché, ils ont drastiquement réduit leurs dépenses en biens matériels et s'y retrouvent dans le porte-monnaie familial.


Vous êtes tentés ? Vous aussi voulez réduire le volume de vos déchets ? Profitez des conseils de Marie Hoffsess. En marge de sa vie "zéro déchet", cette journaliste a créé son entreprise de conseils en désencombrement .

Sur le même sujet

Extrait "Paroles de flic, un passé stupéfiant" - Le prix de l'héroïne

Les + Lus