Marchés de Noël: branle-bas de combat chez les artisans alsaciens

A Kaysersberg, Philippe Thomann attend avec impatience l'ouverture des marchés de Noël le 24 novembre. / © Loïc Schaeffer. Francetv
A Kaysersberg, Philippe Thomann attend avec impatience l'ouverture des marchés de Noël le 24 novembre. / © Loïc Schaeffer. Francetv

Le coup d'envoi des marchés de Noël d'Alsace sera donné le vendredi 24 novembre, mais les artisans de la région travaillent d'arrache-pied depuis plusieurs semaines déjà pour être prêts. Objectif: défendre le savoir-faire local et profiter de cette période capitale pour leur commerce.

Par Loic Schaeffer

A l’heure où les chalets commencent à envahir les centres-villes alsaciens, les artisans de la région qui participeront au marché de Noël sont aussi débordés que lutins du père Noël. Le principal défi pour eux consiste à terminer leurs créations pour ce qui représente le mois le plus important de l’année en termes de vente.

« Je me suis installé à Kaysersberg en 1984, et à l’époque, il n’y avait pas de marché de Noël. Le mois de décembre, c’était comme un mois lambda, il n’y avait personne, à part peut-être un peu le week-end, explique Philippe Thomann, potier dans la commune élue village préféré des Français, où un marché de Noël a élu domicile depuis 1987. Aujourd’hui, pour tous les commerçants, c’est devenu le mois le plus important de l’année. »
Le stock s'élève à plusieurs centaines de pièces, prêtes à être vendues. / © Loïc Schaeffer. Francetv.
Le stock s'élève à plusieurs centaines de pièces, prêtes à être vendues. / © Loïc Schaeffer. Francetv.


Mettre les bouchées doubles

L’an passé, 200 000 visiteurs se sont rendus à Kaysersberg, au cours du mois précédent Noël. Dans son atelier, Philippe Thomann met donc les bouchées doubles pour être prêt le jour J, à savoir le 24 novembre prochain, date de l’inauguration du marché, bien que le potier ne tienne pas de baraque cette année.

« Il faut du personnel et la location coûte cher. On vend uniquement à partir de notre boutique du centre », confie l’artisan, qui profite malgré tout de l’évènement, attirant les touristes avec des classiques, comme le moule à Kougelhopf, mais aussi des créations spécifiques à la période de Noël, comme des cœurs en terre rouge.

Tailleur de verre est une activité qui nécessité une précision hors-pair. / © Loïc Schaeffer. Francetv.
Tailleur de verre est une activité qui nécessité une précision hors-pair. / © Loïc Schaeffer. Francetv.

Innover, c’est le défi permanent des artisans alsaciens, pour faire face à la concurrence des produits chinois, qui inondent chaque année davantage les allées des marchés de Noël. Dans sa boutique d’Eguisheim, Steve Ackermann, tailleur de verre, cherche donc à se démarquer.

Des journées qui se terminent à... 3h du matin

Lui non plus ne compte pas ses heures, commençant ses journées à 9h pour les terminer parfois… à 3h du matin. Boules de Noël, verres à vin : son stock s’élève à plusieurs milliers d’exemplaires. Et pour garder sa place sur le marché, il faut s’adapter à la clientèle.

« Ce qui fonctionne bien, ce sont les gravures épurées, modernes. On ne fait plus tellement de pères Noël par exemple. L’avantage, c’est que les verres que l’on travaille aujourd’hui peuvent être utilisés toute l’année, plus seulement à Noël », analyse l’artisan, qui travaille avec des fournisseurs français et européens.

Je n’ai pas de problème avec les produits chinois, mais il faut aussi savoir préserver le savoir-faire local. Ici, notamment en Alsace-Moselle, on a encore cette tradition des verriers qui font du travail de qualité, ce serait dommage de perdre cela.

                 Steve Ackermann, tailleur de pierre à Eguisheim

Entre les boules de Noël et les verres à vin, Steve Ackermann possède plusieurs milliers de pièces qu'il a taillées lui-même. / © Loïc Schaeffer. Francetv.
Entre les boules de Noël et les verres à vin, Steve Ackermann possède plusieurs milliers de pièces qu'il a taillées lui-même. / © Loïc Schaeffer. Francetv.

La qualité conjuguée à l’authenticité des produits, voilà un cocktail qui permet à l’artisanat de séduire les touristes. « Et c’est du solide », lance le tailleur de verre, en laissant délibérément tomber une boule de Noël sur le sol de sa boutique. La chute d’un mètre n’occasionne aucune fissure et laisse l’objet intact.

"On multiplie notre production par trois en décembre"

En Alsace, haut-lieu des marchés de Noël, la période qui s’ouvre est capital pour le commerce artisanal. Et l’influence des marchés s’étend bien au-delà des villes ou des villages traditionnels qui les accueillent.

« En décembre, on multiplie notre production par trois par rapport à un mois normal », signifie Grégory Gerhoffer, chocolatier-biscuitier à Retzwiller, dans le Sundgau, à une trentaine de kilomètres de Mulhouse.

Grégory Gerthoffer et son équipe fabriquent près d'une centaine de variétés de biscuits pour Noël. / © Loïc Schaeffer. Francetv.
Grégory Gerthoffer et son équipe fabriquent près d'une centaine de variétés de biscuits pour Noël. / © Loïc Schaeffer. Francetv.

Le biscuitier louera un chalet au marché de Noël de Mulhouse pour la douzième année. Ce stand représente 15% de son chiffre d’affaires du mois de décembre, et pour supporter l’activité supplémentaire, Grégory Gerthoffer a embauché deux intérimaires pour produire une centaine de variétés de biscuits.

S’exporter et tenir une baraque permet aussi de se faire connaître par des clients qui ne nous connaissaient pas avant.

                   Grégory Gerthoffer, biscuitier-chocolat dans le Sundgau.

Au-delà de la féérie, la période qui s’ouvre est aussi capitale pour le commerce alsacien : l’an dernier, les marchés de Noël de la région ont accueilli 2.6 millions de visiteurs.

Le programme des principaux marchés de Noël en Alsace

Strasbourg:
Du 24 décembre au 30 décembre. Tous les jours de 11h à 20h les vendredis jusqu'à 21h et 22h les samedis (le 24 décembre de 11h à 18h, fermé le 25 décembre).

Colmar:
Du 24 novembre au 30 décembre. Du lundi au jeudi de 10h à 19h et les vendredis, samedis, dimanches de 10h à 20h (le 24 décembre fermeture à 17h00, le 25 décembre ouverture de 14h à 19h, le 26 décembre ouvert de 10h à 19h et le 30 décembre ouvert de 10h à 17h).

Mulhouse:
Du 24 novembre au 27 décembre. Du lundi au dimanche de 10h à 20h (le 24 décembre de 10h à 18h, le 26 décembre de 14h00 à 20h00 et le 27 décembre de 10h à 18h, fermé le 25 décembre).

Haguenau:
Du 24 novembre au 6 janvier. Du lundi au jeudi de 14h à 19h, les vendredis, samedis et dimanches de 10h à 20h (le 24 décembre de 10h à 16h, le 26 décembre de 14h à 19h, fermé le 1er janvier 2018).

Kaysersberg:
Du 24 novembre au 17 décembre (ouvert les vendredi 22 et samedi 23 décembre), seulement les vendredis, samedis et dimanches de 10h à 20h.

A lire aussi

Sur le même sujet

Entretien avec... Farouk Madaci, entraineur à l'Efsra de Reims

Près de chez vous

Les + Lus