Strasbourg : treize camions sont partis ce 6 mars au matin avec des dons pour les Ukrainiens réfugiés en Pologne

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sabine Pfeiffer .

Un convoi de treize camions, principalement remplis de matériel médical et d'hygiène, a quitté Strasbourg ce 6 mars au matin pour la Pologne. Il s'agit de la première opération d'aide nationale de cette envergure, organisée par la Protection Civile, pour soutenir les Ukrainiens qui fuient la guerre.

Le convoi, impressionnant, a quitté le Port du Rhin de Strasbourg ce dimanche 6 mars, peu après 9 heures. Treize camions de la Protection Civile, remplis de près de trois cents palettes de produits de première nécessité, principalement du matériel médical et d'hygiène.  

D'ici deux jours, il devrait atteindre la Pologne, près de la frontière ukrainienne, où les produits seront distribués dans les camps de réfugiés ukrainiens.  

Coordonnée par la Protection Civile nationale, cette opération a été montée extrêmement rapidement, en lien avec l'association des maires de France et celle des régions.

Strasbourg a été choisi pour accueillir la plateforme logistique nationale de l'opération. C'est ici que les dons venus de toute la France sont regroupés, reconditionnés, et chargés dans les camions. Le convoi de ce 6 mars n'est d'ailleurs que le premier. D'autres devraient suivre très rapidement.       

Des préparatifs à Strasbourg depuis le 4 mars

Les premiers dons venus de toute la France sont arrivés au Port du Rhin vendredi 4 mars. "Les maires ont organisé les collectes auprès des particuliers et des entreprises" explique Ludovic Rico, membre de la Protection Civile des Vosges. "Nous avons eu pour mission de chercher tous ces dons et de les ramener à Strasbourg."  

Dès le premier jour, plus de 180 palettes ont été réceptionnées. Le lendemain, il y en avait trois fois plus. Parmi les produits, du matériel médical (béquilles, fauteuils roulants, déambulateurs), beaucoup de produits d'hygiène, des aliments pour bébés, des masques chirurgicaux…  

Près de cinquante bénévoles, membres de la Protection Civile et d'autres associations, mais également des scouts, se sont relayés en permanence pour trier, mettre dans des cartons, et charger.  

Uniquement des bénévoles

Vingt-sept chauffeurs et logisticiens bénévoles accompagnent ce premier convoi vers la Pologne. "Certains sont chauffeurs routiers dans le civil" précise Jean-Daniel Schell, vice-président de la Protection Civile du Bas-Rhin. "Ils ont pris des jours de congé pour donner un coup de main, car tout le monde se sent concerné."  

En parallèle, dans tout l'hexagone, les collectes de dons se poursuivent. Des dons que la Protection Civile continue à regrouper et acheminer vers Strasbourg. "J'ai des bénévoles ch'tis, alsaciens, du Sud-Ouest, du Centre" précise Ludovic Rico. "On rayonne sur toute la France."  

Son collègue Alain Rullan-Vidal, membre de la Protection Civile de l'Aveyron, a une pensée pour "tous les bénévoles restés sur Rodez, en train de monter des colis et des palettes", pour ensuite les convoyer vers la capitale alsacienne. "Je sais que la totalité des bénévoles de la Protection Civile en France sont sur pied de guerre, pour aider", affirme-t-il avec un brin de fierté.      

L'élan de générosité à travers le pays est tel qu'il faudra probablement augmenter la fréquence de la distribution. Afin que l'aide humanitaire arrive le plus vite possible dans les camps de réfugiés, ou directement à la frontière ukrainienne.  

"Ils sont plus d'un million à avoir quitté un pays en guerre. Donc nous, on a la mission d'aider ces gens-là" s'exclamait ce matin Sébastien Glassen, de la Protection Civile de Betschdorf, membre de ce premier convoi.  

D'autres convois en préparation

"On va répéter cette opération le temps qu'il faudra" affirme Jean-Daniel Schell. "Vu le volume des dons, qui est exceptionnel (…), on va peut-être être obligés de travailler également avec des transporteurs privés, de louer des camions et des chauffeurs, pour augmenter la cadence."  

Présent au départ, ce 6 mars au matin, Jean Rottner, le président (LR) de la Région Grand Est, a affirmé que la Région était "à disposition en cas de nécessité pour affréter un avion, afin de faciliter le transport."  

De son côté, Jeanne Barseghian, maire (EELV) de Strasbourg, a confié à France 3 Alsace que la Protection Civile lui aurait demandé "d'identifier de nouveaux lieux, pour pouvoir stocker et conditionner les denrées qui continuent d'affluer."  

Toujours selon elle, le départ d'un second convoi serait imminent : "les prochains sept ou huit camions sont déjà prêts, car les palettes sont déjà prêtes."      

Si tout se déroule comme prévu, ce premier convoi atteindra sa destination d'ici deux jours. Là, des associations locales prendront le relai, pour distribuer les produits en fonction des besoins les plus urgents. Et les treize camions devraient être revenus à Strasbourg dès le week-end prochain.   

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité