Vente en ligne. Une Alsacienne veut concurrencer Amazon avec sa plateforme Isoria

Publié le Mis à jour le
Écrit par Catherine Munsch .

Léa Jobert, une jeune Alsacienne crée une plateforme de vente en ligne de produits et services locaux, respectueux de l’environnement. Un peu d'ombre pour le géant Amazon? Pourquoi pas, si les citoyens s'en emparent.

Proposer une alternative locale à Amazon, le plus grand distributeur américain de vente en ligne, est l'ambition de la Strasbourgeoise Léa Jobert. La jeune femme âgée de 28 ans, a lancé sa plateforme Isoria en juillet 2021. Une idée qui a germé pendant le premier confinement. (Isoria, un nom inspiré de Issoria, un papillon qui contribue au bon fonctionnement des écosystèmes.)

"J'ai vu les ventes et le chiffre d'Amazon doubler, et j'ai réfléchi à une plateforme qui pourrait répondre aux besoins de citoyens qui souhaitent consommer local et responsable et ne veulent pas passer par la société américaine" dit-elle.

Elle a d'abord essayé de créer le site elle-même, mais il ne lui convenait pas. "Je suis juriste, je n’avais pas de compétences en informatique." Alors elle a lancé une campagne de financement participatif en janvier 2021. Elle a récolté 6000 euros pour payer une entreprise strasbourgeoise de développement de sites internet.

Un site de proximité et écoresponsable

Ils m'ont aidé à développer le site comme je l'entendais, en trois catégories :

  • Une boutique regroupant des biens et des services responsables et locaux
  • Un espace événementiel dans lequel entreprises et associations peuvent proposer des marchés, des concerts, des ateliers, ou encore des offres d'emploi
  • Un espace associatif avec à la clé, des missions pour développer l’engagement citoyen

"On peut y proposer de l'alimentation, des cosmétiques, de l'artisanat, des places en micro-crèches, des espaces de coworking... Cette diversité est volontaire pour éviter à l’internaute d'avoir à jongler entre de multiples plateformes" explique la créatrice d'Isoria. 

Les entreprises et associations qui veulent adhérer au site doivent s'engager et signer la charte Isoria. Il est stipulé que "les entreprises et les associations s'engagent, à proposer des produits respectueux de l’humain et de l’environnement. La production et la distribution doivent limiter, dans la mesure du possible et des connaissances actuelles, leur impact sur la pollution de l’air, des sols et de l’eau."  Elle privilégie aussi les circuits courts et l'économie circulaire . En parallèle, "le bien-être des travailleurs qui fabriquent les produits est scruté de près".

Un relai pour certains producteurs 

"Pour certains petits producteurs, il ne serait pas intéressant de vendre sur ce site, parce qu'ils n'ont pas suffisamment de temps à y consacrer" explique Léa Jobert (photos et description des produits sont à faire par eux), ils peuvent donc proposer les produits en ligne, mais renvoyer sur leur propre site de e-commerce ou leur boutique physique."

Formée en droit à l'environnement, Léa Jobert veut "proposer une Marketplace qui, dans un contexte de réchauffement climatique et de crise sociale, met en avant les associations sociales, environnementales, culturelles, pour accroître l'engagement citoyen et les entreprises locales qui respectent la charte d'Isoria, pour faciliter la démarche des consommateurs dans leur volonté de consommer mieux et local. 

La jeune cheffe d'entreprise étudie les candidatures des sociétés et associations qui veulent faire partie de son réseau de distribution, et se laisse la possibilité de supprimer tout compte qui ne respectera pas ses engagements.

Le but de Léa Jobert est que cette plateforme devienne européenne, mais soit gérée par des interlocuteurs qui la développeront dans leur propre pays. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité