L'Alsacienne Brigitte Klinkert nommée au gouvernement : "il n'y a pas de plus belle mission que de servir son pays"

Une Alsacienne vient d'entrer au gouvernement de Jean Castex. Il s’agit de Brigitte Klinkert, la présidente du conseil départemental du Haut-Rhin a été nommée ministre déléguée en charge de l'insertion auprès d'Elisabeth Borne, ministre du travail et de l’emploi.
 

Brigitte Klinkert est nommée ministre déléguée à l'insertion
Brigitte Klinkert est nommée ministre déléguée à l'insertion © Jean-François Frey /Max PPP
Une nomination pour le moins inattendue, et pour cause. Brigitte Klinkert, toute nouvelle ministre déléguée en charge de l'insertion dans le gouvernement Jean Castex ne l'a appris que le matin du 6 juillet, soit le jour de sa nomination. "Ca s'est passé très vite, raconte-t-elle, visiblement émue, je suis très honorée de la proposition du Premier ministre. Il n'y a pas de plus belle mission que de servir son pays. C'est aussi avec beaucoup d'humilité que j'aborde cette mission. D'ailleurs j'ai bien précisé au Premier ministre que j'étais une petite élue pragmatique mais efficace. Du coup, on peut considérer que c'est la France des territoires qui a été prise en compte, c'est aussi un signe de considération du chef de l'Etat à l'égard de l'Alsace", apprécie encore Brigitte Klinkert, ancienne centriste et aujourd'hui membre des Républicains.
 

Une vie au service de l'administration

Née en 1956 à Colmar, la toute nouvelle ministre déléguée auprès de la ministre du travail et de l'emploi Elisabeth Borne, a travaillé dans l'administration et les collectivités territoriales toute sa vie. Il faut dire qu'elle a été biberonnée à la politique, elle est la petite-fille de Joseph Rey, maire emblématique de Colmar entre 1947 et 1977. Elle grandit dans cet univers de campagne politique au rythme des élections. Brigitte Klinkert fait des études de droit à l'université de Strasbourg puis d'administration publique à l'institut régional d'administration de Metz.

Elle commence alors une carrière aujourd'hui bien remplie au service des collectivités territoriales. Elle sera entre autre conseillère municipale de Colmar entre 1983 et 2008, première femme élue au conseil départemental du Haut-Rhin en 1994 et première femme présidente dudit conseil en 2017 lorsqu'elle prend la succession du démissionnaire Eric Straumann. Défenseure acharnée enfin de la collectivité européenne d'Alsace qui verra le jour en janvier 2021.

"Le premier ministre n'a pas manqué de me rappeler qu'il avait vécu en Alsace, qu'il connaissait bien la région, qu'il l'aimait beaucoup et qu'il y avait toujours beaucoup d'amis", sourit Brigitte Klinkert. Pourquoi a t-il pensé à moi pour ce poste? Sans doute en effet la gestion du covid, je me suis battue entre autre pour obtenir des lits de réanimation, mon combat aussi pour la construction de la collectivité européenne d'Alsace et puis mon appétence pour le domaine de l'insertion. Je l'ai prouvé avec des actions menées dans le Haut-Rhin comme le RSA bénévolat ou le RSA vendange, mis en place pour éviter que trop de personne ne se retrouve sur le bord du chemin."
 

De nombreuses réactions en Alsace

Une nomination qui a évidemment suscité de nombreuses réactions dans le microcosme politique alsacien. Le mentor de Brigitte Klinkert d'abord, Daniel Hoeffel, ancien président du conseil général du Bas-Rhin entre 1979 et 1998 mais aussi sénateur, secrétaire d'Etat, ministre délégué, réagit. "J'ai été très heureux de cette nomination, dans l'exercice d'une fonction technique mais aussi comme représentante de l'Alsace, parce que nous nous connaissons depuis presque 40 ans, nous avons travaillé ensemble et elle s'est révélée au conseil départemental d'une grande efficacité, d'un grand réalisme, autant de qualité qui lui seront nécessaires aujourd'hui dans l'exercice de fonction ministérielle. Elle est aussi une grande travailleuse, et d'une grande loyauté aux équipes qu'elle a servies, toujours à l'écoute des uns et des autres."

Jean Rottner, président de la Région Grand Est a tenu à faire connaître sa satisfaction sur les réseaux sociaux.
Eric Straumann, nouveau maire de Colmar, est heureux de voir ainsi l'Alsace représentée au gouvernement. "Brigitte est très appréciée des membres du gouvernement, elle avait soutenu Alain Juppé, elle s'est par ailleurs beaucoup investie dans la lutte contre la covid, je la connais bien depuis 2004, on s'apprécie. Elle est tenace, constante, efficace, posée, réfléchie, toutes les qualités d'une Alsacienne qui veut réussir à Paris. C'est une bonne chose pour l'Alsace, elle connaît bien les dossiers locaux. Son parcours est magnifique, elle s'est imposée par son travail, son engagement".
 
Brigitte Klinkert était d'ailleurs la suppléante d'Eric Straumann, au poste de député de Colmar, siège que le nouveau maire de Colmar a dû abandonner pour cause du respect de la loi de non-cumul des mandats. Qui alors pour occuper ce poste, Brigitte Klinkert étant appelée sous les cieux parisiens? Des élections partielles seront-elles organisées? Rien ne filtre pour l'instant. Rien non plus en ce qui concerne le ou la successeur(e) de la nouvelle ministre au poste de président(e) du conseil départemental du Haut-Rhin.

Le député alsacien Olivier Becht n'a pas tari d'éloges. "Je suis aussi très fier de la nomination de mon amie Brigitte Klinkert, Ministre déléguée à l’emploi et à l’insertion. Brigitte est une personnalité exceptionnelle, talentueuse et animée d’un vrai désir de servir l’Humain. Sa connaissance du terrain sera précieuse. Je suis très heureux qu’elle puisse représenter l’Alsace au Gouvernement."
 
Satisfaction aussi de Frédéric Bierry, président du conseil général du Bas-Rhin, qui a, avec cette nomination, peut-être le champ libre pour briguer la présidence de la collectivité européenne d'Alsace en janvier 2021.
   

Premier conseil des ministres ce mardi 7 juillet à 15h

La nouvelle ministre a enfin confié "ne pas encore réaliser ce qui lui arrive". C'est en regardant la télévision qu'elle a appris que le conseil des ministres se tiendrait dès ce mardi 7 juillet à 15 heures. Elle sera dans le premier train pour Paris ce mardi 7 juillet. La présidente LR du conseil départemental du Haut-Rhin s'est d'ores et déjà entretenue avec Elisabeth Borne, sa ministre de tutelle, qu'elle connaît bien par ailleurs. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter