Cet article date de plus de 3 ans

Charleville-Mézières : l'installation des gens du voyage aux abords de la Foire Expo fait polémique

A la veille de l'ouverture de la 4ème Foire Expo de Charleville-Mézières, l'installation d'une communauté de gens du voyage sur un parking longeant le parc des expositions fait polémique. L'occupation est jugée illégale par l'agglomération. Les gens du voyage, eux, s'estiment dans leur bon droit.
Ambiance tendue ce mercredi 6 juin entre les représentants des gens du voyage et la police municipale de Charleville-Mézières. Au coeur de ces tensions, l'installation de la communauté évangéliste sur un parking aux abords de la Foire Expo. Boris Ravignon, le maire LR de Charleville a donc déposé un recours en référé pour obtenir l'expulsion de la centaine de caravanes présentes sur cette aire de grand passage, attenant au parc des expositions. 

Mais pour ces chrétiens évangéliques arrivés dimanche dernier à la place d'un autre convoi de caravanes autorisé, selon eux, à être sur place durant la foire, pas question de quitter le site. "Je ne comprends pas l'attitude du maire, explique Adrien Debard, pasteur responsable des gens du voyage. Une mission était attendue, avec 80 caravanes. Où l'aurait-il mise ? Ici ! Nous, nous ne sommes pas en porte-à-faux avec la loi, nous avons simplement remplacé une mission qui devait venir, avec le même nombre de caravanes et pour la même date". 

Du côté de Boris Ravignon, le son de cloche est différent. Une autorisation a bien été délivrée par la communauté d'agglomération aux gens du voyage, mais pour une vingtaine de caravanes seulement, et pour la semaine suivant la clôture de la Foire Expo. L'élu s'est donc tourné vers l'Etat et la préfecture pour obtenir des moyens humains et procéder à l'évacuation du lieu. Sans succès. "L'Etat nous a répondu que c'est une aire de grand passage, explique le maire, et que sur ces aires-là, il n'a pas du tout la capacité d'intervenir, quand bien même les gens du voyage qui s'y trouvent n'auraient respecté aucune des règles et s'y trouveraient de manière illégale. On est donc devant une démission de l'Etat face au coup de force des gens du voyage et ça menace très directement la tenue même de cette foire exposition de Charleville-Mézières". 

Du côté de l'organisateur de la foire, le constat est moins alarmiste. Grégory Bilquez est soucieux de prévenir toute stigmatisation et d'apaiser la situation, même s'il reconnaît que la présence de la communauté dérange, une poignée d'exposants ayant même annulé leur venue : "Ça nous pénalise parce qu'on a une partie de notre parking qui est occupé, même s'il faut relativiser parce qu'il y a des parkings à l'extérieur du parc. Mais est-ce suffisant pour accueillir la masse de visiteurs, telle est la question !"  

Réponse dès demain pour le premier des quatre jours de la Foire Expo. Plus de 50 000 personnes sont attendues sur place.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
foires sorties et loisirs polémique société gens du voyage