Football : l'entraîneur du CSSA limogé sans avoir pu terminer la saison

Sébastien Tambouret, l'entraîneur du club de football de Sedan, le CSSA (N2), a été limogé ce 27 avril. Il avait pour objectif de faire monter son équipe en Nationale. 

Sébastien Tambouret, entraîneur du CSSA jusqu'à ce 27 avril 2020.
Sébastien Tambouret, entraîneur du CSSA jusqu'à ce 27 avril 2020. © Lionel VADAM, MaxPPP
Deux lignes de communiqué publié par le club de Nationale 2, ce 27 avril en fin d'après-midi, pour clore deux saisons en tant qu'entraîneur dans les Ardennes au sein du CSSA, l'équipe de football centenaire de Sedan. "Le Club Sportif Sedan Ardennes a pris la décision de ne pas poursuivre sa collaboration avec Sébastien Tambouret, nous tenons à le remercier pour ces deux années, et nous lui souhaitons bonne continuation dans la poursuite de sa carrière".

 


"Le confinement n'a pas permis d'aller plus loin"

Sonné par cette décision surprise, le coach se veut fataliste. "J’ai été informé ce lundi 27 avril, on me l’a dit. Je suis étonné mais c’est le football, ajoute le sportif ancien joueur. On avait un objectif de montée, on n'y est pas mais on ne regarde pas le bilan, le travail fait avec l'équipe, l’état des lieux, les dirigeants ont sûrement envie de rebondir. Cela n'empêche pas que, personnellement, j’aurai aimé aller jusqu’au bout, jouer notre chance jusqu’au bout avec nos amis corses". 

L'ancien joueur du FC Metz, de l'AJ Auxerre et du CSSA rappelle son bilan. Avec des chiffres pourtant éloquents. "On était à 2,3 points pris par match, une seule défaite, on aurait pu monter dans quelques années. Mais, malgré cette partie de campagne un autre club a fait mieux, Bastia". Le club avait pourtant affiché la meilleure défense de tous les championnats professionnels et amateurs en Europe. 

Car, côté chiffres, mise à part la montée en Nationale, les statistiques sont bonnes sur le papier. Même si, reconnaît le coach, "il n’y a qu’un premier qui monte et ce n'est pas nous, l’objectif n’est donc pas réussi, c’est tout. On aurait pu se dire que le travail, et d’autres choses étaient là, mais on en reste au final. Bastia a réussi, on a fait un bon championnat, ils ont fait mieux". Revenant sur ses deux saisons au CSSA, l'ex-coach ardennais ne veut pas s'étendre sur les causes de cet échec. "Elles sont toujours les mêmes…Je n’ai pas eu le temps de dresser mon bilan, de voir ce qu’on aurait pu améliorer. On aurait pu mettre à plat ce qui n'allait pas. Mais avec le confinement, on n'a pas pu pas parler de tout ça", regrette le sportif né en juillet 1976. 

Il affirme pourtant avoir entamé en deux saisons, une reconstruction. "Mais c'est la loi du sport, dit-il par téléphone. Si on court moins vite que le premier, c'est simple, on n’est pas champion". Ce qui n’empêche pas les records d'exister. En 21 matchs, une seule défaite au compteur, et une belle période de 13 matchs avec 13 victoires. "J’aurai aimé aller jusqu’au 23 mai, la fin de la saison, avoue-t-il, mais la situation sanitaire est arrivée, avec les conséquences que l'on connaît, le confinement et la fin des matchs". 

L’avenir, il n'y a pas encore songé, trop tôt pour l'imaginer. Sébastein Tambouret se rappelle que, quand il est arrivé à Sedan, il avait  peu de joueurs. Il reste donc satisfait de son travail. Sûr qu'avec quelques matchs en plus, l'équipe aurait pu faire mieux. Une page se tourne, "c’est le job, on m’avait demandé de jouer la montée, on était presque dans les clous. J’ai toujours été entraîneur je le serai encore demain, encore plus déterminé. J’ai des choses à mettre en place. Le cycle s’est arrêté prématurément, avec l’arrêt des compétitions. Je quitte un club, j’ai hâte de repartir vers un autre challenge. J’ai eu des témoignages de joueurs, de coachs, de pros aussi, de supporters, …ça me fait plaisir". 
 

Déception et sentiment d'injustice

En attendant, la direction du club, dont l'équipe a tout de même fait la course en tête pendant la majorité du championnat, a fait connaître son mécontentement par rapport à la décision de la Fédération Française de Football de geler les compétitions et de procéder aux montées-descentes en l'état. Dans un communiqué, daté du 24 avril, le club sedanais a précisé: "Le CSSA engagera légitimement toute action de contestation appropriée au nom de l'équité et de la justice sportive devant le CNOSF, Comité National Olympique et Sportif  Français, puis les juridictions administratives si besoin." Et plus loin: "Quelle que soit l'issue de ces actions parfaitement fondées, le CSSA entamera la saison prochaine avec encore plus de détermination pour atteindre l'objectif qu'il s'est fixé, retrouver le championnat NATIONAL 1 au plus vite."

 

Dès l'annonce de la décision synonyme de non montée, l'attaquant du CSSA, Jérémy Bekhechi, avait quant à lui lâché être "énormément déçu de la décision de la FFF" avant d'appeler à rester "souder dans cette épreuve". "Gardons espoirs que la roue tourne en notre faveur sachez que je suis fier de porter le maillot vert et rouge !"
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cssa football sport
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter