48 heures automobiles de Troyes : une Porsche 930 Cabriolet vendue 93 000 euros aux enchères

Publié le Mis à jour le
Écrit par Leïla Salhi .

Ving-cinq voitures anciennes ont été mises aux enchères dimanche 11 septembre dans le cadre des 48 heures automobiles de Troyes. Des modèles mythiques qui ont tous trouvé preneurs.

"60 500 euros, je vais adjuger ! Et 61 000 pour Monsieur au téléphone ! 63 500 pour vous là-bas ! " Geoffroy Boisseau fend l'air avec son marteau au rythme effréné des propositions. Le commissaire-priseur coordonne les enchères avec la même rigueur qu'un chef d'orchestre.

Dans le public, un homme d'une soixantaine d'années brandit une pancarte rouge. "66 000 dans le public... 73 000 euros au téléphone... On me signale une enchère à 76 000 euros sur internet ! 76 000 euros... Et adjugé", s'exclame Geoffroy Boisseau en frappant son pupitre d'un coup de marteau. 

Le lot qui vient d'être remporté par un acheteur sur internet est une Iso Rivolta IR 300 qui date de 1967. Une voiture italienne rare, produite à un peu moins de 800 exemplaires. C'est l'une des vingt-cinq voitures anciennes mises en vente ce dimanche 11 septembre au château Menois à Rouilly-Saint-Loup. Un événement organisé dans le cadre des 48 heures automobiles de Troyes

Pour l'occasion, une scène a été dressée dans le parc du domaine. Un écran géant a été installé pour permettre aux acheteurs de suivre les ventes. Et pour ceux qui n'ont pas pu faire le déplacement, il est possible d'enchérir par téléphone ou par internet. "C'est un très bel événement, se réjouit Geoffroy Boisseau de la maison de ventes Boisseau-Pommez. Moi, j'ai constitué un catalogue de lots mais à la fin, c'est le public qui décide et c'est ce qui fait la beauté du spectacle !" 

Le lot le plus cher : une Porsche 930 cabriolet 

Sur la pelouse du château, il y en pour tous les goûts. Le plus vieux modèle est italien, une Lancia Aprillia qui date de 1939. Le plus récent, une Rover Mini, fabriquée en 1993. "Difficile de choisir parmi un si beau plateau, s'enthousiasme le commissaire-priseur. Il y a tout de même deux modèles phares. La Ferrari, voiture mythique, modèle 328 GTS pour Gran Turismo Spider qui veut dire convertible, son toit est amovible. On a aussi une très jolie Mercedes 190 SL qui est la petite sœur du modèle mythique la 300 SL modèle Gullwing avec les portes qui s'ouvrent vers le haut."

La Ferrari, mise à prix à 50 euros est finalement vendue 81 000 euros. Quant à la Mercedes 190 SL, qui date de 1958, elle trouve preneur à 92 000 euros pour une mise à prix 60 000 euros. Le lot le plus cher, une Porsche 930 Cabriolet, s'arrache à 93 000 euros. "Ce sont toutes des modèles mythiques très agréables à conduire comme on ne retrouve plus dans nos voitures actuelles hélas", détaille Geoffroy Boisseau. 

Ce confort de conduite inégalé, c'est ce qu'est venu chercher Henri-Pierre Bia, collectionneur, originaire du département. Il repart avec une Citroën SM de 1972 achetée 25 000 euros. Une automobile sportive, dotée d'un moteur Maserati, qui n'a été produite que pendant cinq ans. "Elle va rejoindre ma collection personnelle, je vais rapidement l'utiliser et me promener avec", raconte Henri-Pierre Bia, enjoué. La promesse de belles balades sur les routes de l'Aube. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité