Il crée un système de purification d’air pour lutter contre les virus et la pollution intérieure

Publié le Mis à jour le

Depuis deux ans, une entreprise installée dans l'Aube participe à la conception d’un purificateur d’air qui filtre aussi les virus.

L’idée est venue à Denis Lapoulle, le président de la société Kodif à Saint-Germain (Aube) en 2020, lorsque la Covid-19 a commencé à apparaître. Aucun purificateur d’air ne filtrait les virus à l’époque. Il l’a alors imaginé avec un de ses amis, ancien directeur technique chez Dyson un système de filtre qui permettrait de capter même les particules les plus réduites, inférieures au ion.

"Je vis avec une personne fragile des poumons : ma femme. Elle fait de l’asthme et il a été prouvé par de nombreuses études récentes que la pollution de l’air intérieure si elle est supportée par certaines personnes sensibles, les rend moins productives même au travail ou plus susceptibles d’être malade. La première personne sur laquelle je vois les effets de notre machine est donc ma femme et elle se porte bien mieux au quotidien depuis que nous avons installé nos appareils dans nos bureaux," détaille le chef d’entreprise.

Pollution de l'air intérieur

D’après certaines études, l’air intérieur serait cinq à huit fois plus pollué que l’air extérieur du fait des matières premières utilisées pour la construction de l’habitat, l’ameublement, les aérations, et ce que les habitants transportent et rejettent chez eux. La pollution de façon générale serait la troisième cause de décès dans le monde.

"A la base dans notre société, nous fabriquons des chaises pour bébé pour des restaurants rapides, il n’y a donc rien à voir avec les purificateurs d’air. Quand la crise du Covid a commencé et que j’ai commencé à m’intéresser aux différentes études, je me suis dit que ce n’était pas possible, nous ne pouvions pas continuer à guérir sans prévenir. J’ai donc réfléchis au concept de ce purificateur d’air qui tuerait les virus également avec mon ami anciennement directeur technique chez Dyson, et nous avons mis au point ensemble notre appareil ", détaille Denis Lapoulle.

Je pense que c’est un réflexe qu’il va falloir prendre comme avec l’eau.

Denis Lapoulle

Président de la société KODIF

L’entreprise a fait appel à plusieurs laboratoires pour analyser la qualité de l’air post filtration. D’après leurs résultats : 99, 99 % des bactéries seraient tuées.

" Nous savons qu’avec le réchauffement climatique certains pollens vont continuer à s’inviter dans nos maisons encore un moment et ça ne va pas aller en s’arrangeant, il faut se l’avouer. Je pense que c’est un réflexe qu’il va falloir prendre comme avec l’eau. Il ne nous viendrait pas à l’idée de consommer une eau impropre à la consommation, avec le temps, je pense que cela va devenir la même chose pour l’air que nous respirons quotidiennement," conclue-t-il.



Actuellement, quelques particuliers se sont procurés ces nouveaux appareils, mais l’essentiel de la clientèle sont des professionnels, des restaurateurs, des cabinets dentaires, des Ehpad et des infirmières libérales. L’entreprise auboise compte également démarcher les écoles de l’agglomération troyenne, entre autres.