Troyes: de la rééducation auditive pour réapprendre à reconnaître les mots lorsque l'on perd l'ouïe

A Troyes, une entreprise innovante a développé un fauteuil d'un nouveau genre qui aide les personnes équipées d'un appareil auditif à rééduquer leur cerveau. L'objectif est de pouvoir à nouveau reconnaître des mots ou des sons que la perte d'audition avait fait disparaître. 

Norbert Prudhomme est installé dans un fauteuil de rééducation auditive, une innovation de l'entreprise troyenne LDRD nommée Hearfit.
Norbert Prudhomme est installé dans un fauteuil de rééducation auditive, une innovation de l'entreprise troyenne LDRD nommée Hearfit. © France 3 Champagne-Ardenne / T. Le Roux
Dans le mot "pilon", où est situé le "l" ? Dans la première ou dans la deuxième syllabe ? C'est à ce genre de question que Norbert Prudhomme est confronté lorsqu'il s'installe dans le fauteuil capitonné de son audioprothésiste à Troyes. Un fauteuil tout particulier, qui lui dit à l'oreille un certain nombre de mots et lui pose des questions sur leur compréhension.

Pour cet Aubois appareillé depuis quatre ans suite à une perte d'audition, l'exercice est bien utile. Car malgré l'amplification fournie par sa prothèse, il s'était rendu compte qu'il confondait encore certains sons. 

Le cerveau perdait un peu ses capacités. Comme il n'entendait pas, il coupait le mot. Il y avait donc des mots que je ne comprenais pas ou que je n'entendais pas et auxquels je ne faisais plus attention. 
- Norbert Prudhomme, testeur du système Hearfit


Il fallait donc réapprendre au cerveau de Norbert à reconnaître les mots, pour éviter de se couper du monde. Et ce fauteuil innovant, conçu et développé par son audioprothésiste Ludovic Delacour, lui permet de s'entraîner régulièrement. Une sorte de gymnastique mentale qui rééduque son ouïe. Norbert Prudhomme enchaîne donc les séances personnalisées. Il est ensuite régulièrement suivi par Ludovic Delacour pour faire des bilans.
 
Norbert Prudhomme et son audioprothésiste Ludovic Delacour, fondateur de la start-up troyenne LDRD, suite à un test réalisé dans un fauteuil de rééducation auditive.
Norbert Prudhomme et son audioprothésiste Ludovic Delacour, fondateur de la start-up troyenne LDRD, suite à un test réalisé dans un fauteuil de rééducation auditive. © France 3 Champagne-Ardenne / T. Le Roux

Une innovation troyenne qui se vend partout en France


Si le fauteuil en lui-même est fabriqué au Portugal, l'application de rééducation, nommée Hearfit, est donc bien de conception troyenne et se vend partout en France. Depuis la création de la start-up en 2017, une soixantaine de fauteuils ont été achetés par d'autres audioprothésistes. Mais pour le fondateur pas question de marcher sur les plates-bandes des orthophonistes, habituellement en charge de la rééducation auditive. Ludovic Delacour considère son innovation comme un système complémentaire pour le patient.  

Nos collègues orthophonistes sont surchargés de travail. On est partis du principe que l'on allait créer un système qui n'était pas en concurrence mais qui ferait venir nos patients dans les centres [d'audioprothèse, ndlr], parce qu'ils étaient en demande, en souffrance... Donc on a essayé de voir comment on pouvait faire pour que cela fonctionne de manière la plus autonome possible.
- Ludovic Delacour, audioprothésiste et fondateur de la start-up, nommée LDRD


L'entreprise de Ludovic Delacour compte deux associés et espère bien dépasser les frontières de l'Hexagone avec son fauteuil de rééducation auditive. Elle vise tout particulièrement le marché allemand, trois fois plus important que le marché français. 



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
handicap société innovation sorties et loisirs entreprises économie start-up