VIDEO - Alsace : une application mobile pour redécouvrir l'univers des châteaux forts rhénans

Le conseil départemental du Bas-Rhin lance une application pour découvrir les châteaux forts rhénans. L'appli "Les Portes du Temps" nous plonge dans l'histoire des monuments grâce à des quizz ludiques et aux dessins de John Howe, célèbre illustrateur du Seigneur des Anneaux et amoureux de la région.

Le château du Haut-Koenigsbourg à Orschwiller (67) attire chaque année 500 000 visiteurs
Le château du Haut-Koenigsbourg à Orschwiller (67) attire chaque année 500 000 visiteurs © Mathieu Lerch / MaxPPP
Ces vieilles pierres cachent des histoires extraordinaires. Une nouvelle application gratuite propose d'explorer les châteaux qui bordent le Rhin et de redécouvrir leur histoire et leurs légendes à travers des quêtes virtuelles orchestrées par l'illustrateur John Howe, connu mondialement pour avoir dessiné l'univers du Seigneur des Anneaux. 

C'est le département du Bas-Rhin qui a lancé, lundi 7 septembre, cette application baptisée "Les portes du temps", en lien avec le département du Haut-Rhin et le Landratsamt Ortenaukreis en Allemagne. L'objectif, mettre en valeur le patrimoine. 
 

Il y a 80 châteaux visitables en Alsace et le même nombre dans le Bade-Wurtemberg. On parle beaucoup des châteaux de la Loire et des châteaux cathares, mais nous avons aussi un patrimoine que l’on ne met pas suffisamment en valeur.

Frédéric Bierry, président du Conseil départemental du Bas-Rhin



En ouvrant l'application, une vidéo de John Howe annonce la couleur fantastique de l'histoire qui va être contée au visiteur, qui devra suivre le voyage d'un alchimiste à la recherche de quartz cachés, des clés qui ouvrent les "portes du temps".
 

Ces châteaux, ces ruines, nous les connaissons, mais je vous invite à y jeter un autre regard, accompagné de contes, de dragons, de géants, de sirènes, et d’autres créatures. On est entouré de brume, sur les bords du Rhin, laissez votre imaginaire se déployer.

John Howe, illustrateur


Il suffit de sélectionner le château que l’on souhaite visiter pour démarrer la quête. Le visiteur participe à un jeu de piste et d’énigmes à travers l’édifice et son histoire. L'objectif est de trouver les indices qui permettent de découvrir des illustrations de John Howe tout au long de la visite.

Un mélange d'histoire et de légendes


L'univers fantastique imaginé par le célèbre illustrateur canadien est d'ailleurs lié à la saga ; John Howe a découvert le château du Haut-Koenigsbourg, dans le Bas-Rhin, en 1976. Depuis, l'édifice ne l'a jamais quitté et l'a même inspiré pour son travail sur le Seigneur des Anneaux.
 

On est très vite saisis par le potentiel des châteaux d’Alsace. En regardant ce château, j’ai envie de dessiner et de raconter des histoires, et cette capacité qu'a ce lieu à réveiller les passions, c’est extraordinaire. Dans ce projet, il y a tellement de choses à raconter ; de chose à voir, il faut absolument le faire connaître au public.

John Howe


Les visiteurs pourront découvrir des édifices vestiges du passé en France, mais aussi en Suisse et en Allemagne. Neuf châteaux sont pour l'instant répertoriés sur Les portes du temps. Dans le Bas-Rhin, le château du Haut-Koenigsbourg à Orschwiller (67), bien sûr, mais aussi celui du Hohnack, à Labaroche, et dans le Haut-Rhin, celui de l'Ortenbourg, à Scherwiller, du Spesbourg, à Andlau, d'Ottrott, de Salm, et du Guirbaden à Mollkirch, mais aussi celui de Staufenberg en Allemagne, et le château du Landskron en Suisse.
 

La liste des châteaux participant à ce jeu de piste fantastique sera étoffée dans le futur pour permettre aux passionnés et aux curieux de redécouvrir ces forteresses, symboles de l'histoire des siècles passés.
 

J’aime beaucoup l’idée de mélanger la fiction et l’histoire, de se dire que l’on peut faire passer des tas de renseignements passionnants au sein d’une histoire et d’une scénarisation. On ne veut pas seulement mettre en valeur le patrimoine physique, mais aussi les histoires qui tournent autour, les légendes, les mythes, ce qui est intangible, ça n’est pas visible dans le paysage, mais ça habite le cœur des gens.

John Howe

Attirer les jeunes


Le château du Haut-Koenigsbourg, véritable joyau médiéval, attire chaque année 500.000 visiteurs. Mais avec la crise sanitaire, les touristes se font plus rares. Le site a déjà perdu les deux tiers de sa fréquentation. "On est passé de 3000 à 4000 visiteurs en juillet-août à 1200 visiteurs", concède Bruno Caro, directeur du château du Haut-Koenigsbourg.

Alors le lancement de cette application est l'occasion de séduire une nouvelle clientèle, plus jeune et plus connectée.
 

Ça nous permettra de rajeunir l’attractivité des châteaux. Souvent, on a des randonneurs qui ont un certain âge et qui sont assidus sur les sentiers vosgiens, mais on veut aussi ramener les jeunes de 20-30 ans sur des applications nouvelles pour faire découvrir autrement le patrimoine que par la simple visite guidée.

Bruno Caro, directeur du château du Haut-Koenigsbourg


Pour le président du conseil départemental du Bas-Rhin, l'idée la mise en scène de ces découvertes historiques peuvent donner aux jeunes l’envie de s’approprier les châteaux. "Moi je souhaite que les enfants soient un peu Harry Potter quand ils visitent nos châteaux", s'enthousiasme Frédéric Bierry.
 
Mais attention : il vous faudra télécharger l'application avant de vous rendre sur place, le réseau mobile se faisant rare dans les hauteurs des châteaux rhénans.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture patrimoine outre-rhin international