Cet article date de plus de 3 ans

Agence européenne des médicaments : Lille privilégiée à Strasbourg pour accueillir le siège

La France a décidé de présenter la candidature de Lille pour accueillir l'Agence européenne des médicaments (EMA), a annoncé le 19 avril Premier ministre Bernard Cazeneuve. L’institution basée à Londres est appelée à être relocalisée dans la foulée du Brexit.
Lille a été préférée à Strasbourg pour devenir la candidature française pour le nouveau siège de l'Agence européenne des médicaments, qui déménage de Londres pour cause de Brexit.
Lille a été préférée à Strasbourg pour devenir la candidature française pour le nouveau siège de l'Agence européenne des médicaments, qui déménage de Londres pour cause de Brexit. © MAX PPP
"Dans la perspective de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, l'Agence européenne des médicaments (EMA), actuellement basée à Londres, devra être relocalisée au sein d'un État membre de l'Union européenne", indique le Premier ministre Bernard Cazeneuve dans un communiqué.

Huit villes françaises s'étaient portées candidates pour accueillir le nouveau siège : Lens-Liévin, Lille, Lyon, Montpellier, Nice, Paris Sud-Villejuif, Strasbourg et Toulouse. Leurs dossiers ont été examinés par un comité chargé notamment d'identifier le territoire offrant "à la France, dans les négociations à venir avec les autres États membres, les meilleures chances de succès".
 
"Après avoir entendu la commission et après avis des ministres concernés, le président de la République et le Premier ministre ont décidé de présenter la candidature de Lille", indique le communiqué de Matignon.

Déception à Strasbourg


Du côté des élus alsaciens, la déception est palpable. Le président du conseil départemental Frédéric Bierry charge le gouvernement, qui selon lui "n'a cessé de fragiliser Strasbourg et l'Alsace". Mais il estime inutile de "s'attarder sur cette occasion manquée" pour pouvoir anticiper et "porter conjointement l'ambition européenne française à travers Starsbourg".

Fabienne Keller, ancienne maire de la ville et sénatrice LR, est du même avis :"Nous devons agir plutôt que de subir, d'autant qu'un autre défi se présente clairement à nous". "Je demande à la municipalité de Strasbourg de prendre les devants [pour] qu'elle avance enfin des solutions immobilières et d'accessibilité qui permettraient au Parlement européen d'avoir toute sa place à Strasbourg", ajoute l'élue dans un communiqué.

Des élus des Hauts-de-France aux anges

 
Parmi les points forts de la ville, il note qu’elle "est idéalement située au cœur de l'Europe" et que "la France dispose d'un écosystème de santé (recherche, innovation, industrie) exceptionnel, dont Lille est l'un des pôles majeurs".

La maire PS de Lille, Martine Aubry s'est aussitôt félicitée de cette décision dans un communiqué. "Lille vient d'être choisie (...) J'en suis extrêmement heureuse, comme le sont Damien Castelain, président de la Métropole européenne de Lille et Xavier Bertrand, président de la région des Hauts de France", a-t-elle affirmé.



"Ce choix me réjouit d'autant plus fortement qu'il est la reconnaissance des nombreux atouts de notre ville et de notre métropole d'envergure européenne, en termes de recherche, d'innovation et d'industrie en santé et qui toutes les deux bénéficient d'excellentes infrastructures de transport", a-t-elle poursuivi. Une décision saluée elle aussi par le président du conseil régional des Hauts-de-France, Xavier Bertrand.



La principale mission de l'Agence européenne des médicaments est la protection et la promotion de la santé publique et animale, à travers l'évaluation et la supervision des médicaments à usage humain et vétérinaire.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société europe politique