Le manque de soleil et les températures fraiches depuis la sortie de l'hiver ont ralenti la croissance des asperges, qui seront peu nombreuses sur les étals avant Pâques.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Il y aura bien des asperges d'Alsace au repas de Pâques, mais "pas pour tout le monde". La météo des deux dernières semaines a légèrement retardé l'arrivée du légume phare du printemps. La faute à un soleil hésitant et des températures basses, comme ce lundi 3 avril 2023, jour de lancement officiel de la campagne de récolte.

A Hoerdt (Bas-Rhin) ce matin-là, un vent glacial souffle sur les champs de la ferme Dollinger. "La météo a tout freiné. La pluie n'est pas préjudiciable pour la croissance de l'asperge mais il fallait de l'ensoleillement et des températures plus chaudes qu'aujourd'hui", constate le président de l'association des producteurs d'asperges d'Alsace Jean-Charles Jost.

Des températures négatives, jusqu'à -2 ou -3°C, sont annoncées dans les prochains jours, jusqu'à la veille du week-end pascal. Dans un premier temps, les asperges ne sont disponibles qu'en vente directe auprès des producteurs. Elles arriveront sur les marchés et dans les supermarchés aux alentours de la mi-avril.

Pour se protéger des aléas, certains producteurs comme la ferme Dollinger, ont investi dans des bâches transparentes pour recouvrir les asperges dans les champs. Elles sont plus chères que les bâches noires que l'on observe habituellement, mais elles offrent une meilleure chaleur à la terre et aux légumes cachés dessous.

Pouvoir d'achat

Cette année, le consommateur peut trouver ses asperges à 15€ le kilo en moyenne. Le prix est peu rentable pour les producteurs au vu de la hausse des prix de production, notamment de l'énergie, et encore moins rentable en début de saison quand les volumes sont faibles.

A la ferme Riedinger, située également à Hoerdt, on compte sur la fidélité des clients pour s'assurer une bonne saison. "On attend de voir si ça se passe comme les années précédentes, explique Ludovic Riedinger. Les bons clients en mangent une fois par semaine, mais la moyenne se situe autour de deux à trois fois par saison."

Les producteurs comptent sur la marque Alsace pour réaliser une bonne saison, qui dure de six à huit semaines. De quoi tenir jusqu'à la fête de l'asperge, prévue à Hoerdt le 14 mai 2023.