Arbres coupés et fossé apparent : quel est ce vaste chantier au cœur du jardin des Deux Rives à Strasbourg

Depuis la fin mars, les promeneurs remarquent un chantier d'envergure sur une portion du jardin des Deux Rives. C'est un projet immobilier qui ne sera officiellement lancé qu'en 2026 ou en 2027. Les dégâts infligés à la nature sur le secteur seront "compensés" selon l'aménageur.

Des arbres coupés, un immense cratère, et une zone assez vaste à laquelle il est désormais impossible d'accéder. Depuis quelques semaines, une partie du Jardin des Deux Rives est concernée par le début d'un chantier qui interroge les riverains et usagers réguliers du lieu. "J'attends de voir ce qu'ils vont installer ici parce qu'on n'a pas beaucoup d'informations pour l'instant, regrette Laurent Braun, qui promène son chien Sam tous les jours dans le parc. Ils avaient déjà mis des piquets il y a un an, et là depuis trois semaines, ils coupent des arbres et creusent des trous.

Une pancarte accrochée à l'un des grillages installés autour de la zone donne pourtant quelques informations. Il y est indiqué que des logements et un parking à étages "s'installeront ici". La photo, en revanche, ne montre qu'une modélisation de la future promenade le long du Rhin, rien sur les constructions et les bâtiments prévus. Ce flou apparent a eu pour conséquences d'alimenter les inquiétudes et les rumeurs à propos du projet. Elodie Schnabel, directrice de la résidence Ovelia, située juste en face du chantier, raconte : "Les résidents dont le balcon donne sur le parc s'inquiètent, et tous ont l'habitude d'aller s'y promener. Ils se sont demandés s'ils allaient perdre leur vue ou s'ils auraient encore un accès au parc."

Plus globalement, le jardin des Deux Rives est un lieu qui a pris de l'importance au fil des années pour les Strasbourgeois. Symbole de l'amitié franco-allemande, car à cheval sur Strasbourg (Bas-Rhin) et Kehl (Allemagne), le parc accueille tous les étés des concerts grandioses, et constitue l'un des poumons verts de la ville. Nous avons joint la SPL Deux Rives, en charge de cet immense projet de réaménagement urbain lancé par la municipalité précédente en 2014, et encore en cours de réalisation. 

Trois tours résidentielles de 16 étages et une école 

Le chantier actuel est en réalité le début de la phase de "traitement des sols" en vue de la construction d'un immeuble résidentiel de 16 étages, et d'une école le "le long de la rue Jean Monnet". Il est également prévu deux autres immeubles de 16 étages au sud du pont de l'Europe, mais en dehors de la zone actuellement en chantier.

"Comme on est sur une ancienne zone portuaire, il y a une pollution aux hydrocarbures dans différentes couches du sol, on doit donc enlever la terre avant de construire des logements, explique Simon Boichot, responsable communication de la SPL Deux Rives. Mais de l'herbe sera resemée à l'issue de cette phase".

Les habitués devraient donc retrouver un écrin de verdure à cet endroit dans les prochains mois. Les chantiers pour les immeubles et l'école seront eux lancés "en 2026 ou en 2027", toujours avec l'objectif que "les bâtiments soient implantés de façon à ce que les habitants aient une vue dégagée" sur le parc.

En revanche, les arbres coupés ne resurgiront pas par magie. Au total, dix arbres ont été coupés sur cette zone. "Mais ils étaient tous sur de la terre polluée, précise Simon Boichot. Comme on a la réflexion de minimiser l'impact écologique, on en replante ailleurs sur d'autres zones du projet. Globalement, on essaie quand même de privilégier un maximum le maintien des arbres : parmi les 123 arbres recensés sur la zone sud du projet (qui va de l'avenue du Pont de l'Europe jusqu'au jardin des Deux Rives, NDLR) 111 seront conservés.

Ces chiffres sont importants car la coupe des arbres pourrait être un point sensible auprès des riverains, alors que la valeur du quartier se situe précisément dans ce couvert végétal fourni. La SPL s'est d'ailleurs rendue auprès des résidents (remontés) d'Ovelia, la structure de logements seniors située juste en face du chantier : "Ils ont notamment soulevé la contradiction entre les impératifs liés au réchauffement climatique et notre projet. Je leur ai répondu qu'il y avait certes des arbres coupés, mais que nous avions précisément choisi une zone déjà urbanisée plutôt que d'aller grignoter autour de Strasbourg, sur des terres entièrement naturelles.

Deux nouveaux parcs aménagés, mais une "compensation" à nuancer

La SPL Deux-Rives prévoit surtout d'aménager deux nouveaux parcs à proximité du Jardin des Deux Rives, qui continuera d'exister malgré ces immeubles résidentiels. "Cette zone sera la seule affectée par notre projet, le reste du Jardin des Deux Rives demeurera tel quel, assure Simon Boichot. Ensuite nous allons aménager 24 hectares d'espaces verts sur les 74 hectares du projet. Il y a toute une réflexion autour de la continuité écologique et de la compensation."

Le principe est connu : quand on coupe des arbres pour construire, on en replante ailleurs. Mais plusieurs études ont montré que cette méthode ne parvenait pas vraiment à compenser la perte de la biodiversité liée à la coupe d'un arbre. "Nous avons en tout cas prévu des zones inaccessibles à l'homme dans ces nouveaux espaces verts, justement dans le but de préserver la biodiversité", plaide Simon Boichot. Deux parcs verront le jour d'ici à 2030 : le parc du Petit Rhin ainsi que la promenade du Pont du Rhin.

Les nouveaux impératifs liés aux objectifs de baisse des émissions carbone ont en tout cas contribué à infléchir le projet initial : par rapport aux annonces de 2014, les Deux Rives prévoient 1 000 logements de moins. Il n'est pas certain que cela réconforte les riverains inquiets. "C'est une déception immense pour nous qui sommes venus vivre ici pour profiter du parc, pas pour être étouffés par le béton", cingle par exemple cette habitante. 

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Grand Est
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité