Coronavirus : l'accès aux parcs, forêts, plans d'eau et aires de jeux interdit dans toute l'Alsace

Jusqu'au 15 avril prochain, tous les parcs, jardins publics, gravières, forêts, berges, plans d'eau, aires de jeu et terrains de sports d'Alsace sont interdits au public par arrêté préfectoral. 

Jogger en pleine nature, c'est interdit dans toute l'Alsace jusqu'au 15 avril
Jogger en pleine nature, c'est interdit dans toute l'Alsace jusqu'au 15 avril © Vincent Hazat / MaxPPP
Oubliés, les footings dans les allées des parcs. Terminées, les petites balades en forêt ou en montagne. Finies, les pauses en bordure de plans d'eau ou les virées vers les places de jeux. Dans toute l'Alsace, ces lieux et plein d'autres sont désormais fermés au public jusqu'au 15 avril.

Le couperet est tombé ce vendredi 20 mars en soirée pour le Bas-Rhin, par un arrêté de la préfète Viviane Chevalier, suivi ce samedi 21 au matin par celui de son homologue haut-rhinois, Laurent Touvet. Deux arrêtés annonçant que l'accès à l'ensemble des parcs, jardins publics, gravières, forêts, plans d'eau, berges, aires de jeux, parcours de santé et terrains de sport urbains est désormais.  


Seuls les jardins familiaux restent ouverts

Toute présence de piétons, de cyclistes et de véhicules non motorisés est désormais interdite sur ces sites, à l'exception de "personnes et véhicules dûment accréditées (...) dans le cadre de l'exercice de leurs fonctions". Et toute infraction est passible d'une amende de 135 euros. 

Seule exception : les jardins familiaux et ouvriers, dont l'accès reste autorisé "pour les seules nécessités liées aux cultures potagères et dans le strict respect des mesures barrières."

Des mesures draconiennes, certes difficiles à entendre pour les Alsaciens contraints de rester chez eux. Mais justifiées par le trop grand nombre de personnes qui compensaient leur enfermement forcé par des sorties et des promenades longues ou trop éloignées de leur domicile, risquant de provoquer des regroupements trop importants dans les mêmes lieux. Dangereux, même en plein air, même en pleine nature, vu la rapidité de propagation du virus. 

"Les rassemblements de personnes constituent des occasions particulièrement favorables à la transmission rapide, simultanée et à grande échelle du virus" précise la préfète du Bas-Rhin dans son arrêté. Or, "le respect des règles de distance dans les rapports interpersonnels est l'une des mesures les plus efficaces pour limiter la propagation du virus."
 

Dura lex, sed lex (la loi est dure, mais c'est la loi) 

"L'intérêt de la santé publique justifie de prendre des mesures proportionnées aux risques encourus et appropriées aux circonstances de temps et de lieu", précisent encore les arrêtés.

Selon les derniers chiffres de l'Agence régionale de santé (ARS) de ce vendredi 20 mars à 15h, dans le Grand Est, 1551 personnes atteintes de Covid-19 sont hospitalisées, dont 352 en services de réanimation. Et parmi ces dernières, 9% ont moins de 60 ans. Sur l'ensemble du territoire français, 450 décès sont à déplorer depuis le début de la crise, dont 78 personnes dans les dernières 24 heures.  

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région grand est coronavirus/covid-19 santé société