Baisse des APL: une alliance inédite entre syndicats, offices HLM et promoteurs immobiliers

Les salariés du logement social manifestaient ce mardi contre la baisse des APL. Et pour la première fois, les promoteurs privés et la fédération du bâtiment signaient un appel commun avec les bailleurs sociaux. Leur argument: la baisse menace l'ensemble du secteur de la promotion immobilière.

Manifestation à Strasbourg place Kléber contre la baisse des APL, mardi 17 octobre.
Manifestation à Strasbourg place Kléber contre la baisse des APL, mardi 17 octobre. © Marie Coulon, FranceTV
Un millier de personnes, essentiellement salariées du secteur HLM, manifestaient ce mardi contre la baisse des APL. Une baisse qui menace directement le logement social, ses bénéficiaires mais aussi l'ensemble de la promotion immobilière. Les syndicats dénoncent une "injustice sociale", une mesure qui mettra en difficulté des personnes déjà fragiles.


Une compensation par la baisse des loyers 

Sur les aides personnalisées au logement ou APL, le gouvernement annonce 5 euros par mois de suppression. Mais pour les bailleurs sociaux la facture risque d'être beaucoup plus salée. Dans le cas des HLM (habitations à loyers modérés), ces aides sont directement versées aux organismes. Et la loi de finance préparée par le gouvernement Philippe prévoit une baisse de 50 à 100 euros par mois par ménage, en fonction des revenus.

L'Union Régionale des organismes HLM du Grand Est a fait ses calculs : pour les bailleurs sociaux, la baisse des APL représentera en moyenne un coût de 63 euros par mois et par ménage, avec obligation de compensation par une baisse de loyer. Ce qui créerait un trou de plus de 42,5 millions d'euros dans les caisses des bailleurs sociaux.

La construction d'un logement équivaut à 2 emplois créés

Au niveau du Grand Est, cela équivaut à ne pas mettre en chantier environ 1.830 logements neufs ou à ne pas rénover 10.000 logements existants. Par ruissellement, l'ensemble de la promotion immobilière souffrirait évidemment de ce ralentissement.


D'où cet appel commun inédit, signé par les offices HLM du Grand Est, mais aussi les promoteurs privés ainsi que la fédération du bâtiment. Tous soulignent notamment que cette baisse impactera l'ensemble du secteur, et l'emploi. La mise en chantier d'un logement créerait ainsi près de deux emplois. La rénovation d'un logement représenterait quant à elle environ 0,4 emplois. Ce coup d'arrêt à l'ensemble du secteur est particulièrement préjudiciable dans un contexte de reprise d'activité: après 10 années de crise l'immobilier affiche une croissance de 4% et plus de 10.000 emplois créés au niveau national.

Appel du bâtiment contre les APL by Aymeric Robert on Scribd

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
logement social économie manifestation