EN IMAGES - La grande crue de Noël 1919 en Alsace : un tel phénomène pourrait-il se reproduire aujourd'hui ?

Première vague de la grande crue de 1919, le 24 décembre 1919 / © Document remis
Première vague de la grande crue de 1919, le 24 décembre 1919 / © Document remis

Il y a cent ans, durant la nuit de Noël 1919, les habitants du nord-est de la France ont vu une crue majeure envahir leurs maisons, entreprises, écoles et rues. Un géographe explique ce phénomène qui a fait 29 morts et l'équivalent d'un milliard d’euros de dommages à l'époque. 
 
 

Par Catherine Munsch

Il y a 100 ans, dans la nuit du 23 au 24 décembre 1919, les habitants du Nord Est de la France n’ont pas fêté Noël. Une gigantesque crue a envahi leurs habitations, leurs entreprises, les écoles, les mairies, les rues, tout. Le géographe Brice Martin, co-auteur pour la région Grand Est, du film Il y a 100 ans, la crue de 1919, nous explique pourquoi et comment se sont accumulées des quantités d’eau diluviennes, qui ont fait 29 morts et l’équivalent d'un milliard d’euros de dommages, en 1919. 
 
Inondations à Guebwiller en 1919 / © Document remis
Inondations à Guebwiller en 1919 / © Document remis

L'Ill, le Giessen, la Bruche, la Mossig, la Zorn, la Zinsel et le Strengbach, nombre de rivières alsaciennes ont débordé dans la nuit du 25 décembre 1919.
 
La Montagne Verte, un des quartiers de Strasbourg, inondée lors de la crue de décembre 1919 / © Document remis
La Montagne Verte, un des quartiers de Strasbourg, inondée lors de la crue de décembre 1919 / © Document remis


Y a-t-il eu des signes précurseurs à la crue de 1919 ?

"Pour expliquer une crue, il y a deux facteurs à prendre en compte, selon le spécialiste Brice Martin, maître de conférence en géographie, à l'université de Haute-Alsace : les facteurs de prédisposition et les facteurs déclenchant. Côté prédisposition, les températures de l’été 1919 étaient fraîches et il y avait déjà eu pas mal de pluies. Les sols étaient gorgés d’eau et en automne, il a de nouveau plu beaucoup, ce qui a aggravé la situation. En novembre 1919, il a plu et neigé quatre fois plus que la norme. Idem en décembre. Au Grand Ballon d’Alsace, il y avait 80 centimètres de neige. En plaine, le cumul des précipitations était huit fois supérieur à la norme, un taux exceptionnel au XXe siècle."

"A quoi s'est ajouté, en fin d’année, un redoux des températures. Un vent chaud, le foehn, s’est mis à souffler violemment du sud-ouest et a fait fondre toute cette neige. C’était le facteur déclenchant, plus les nouvelles pluies torrentielles, tombées sur des sols gorgés d’eau, le 24 décembre, et voilà la crue majeure de 1919. Malheureusement, le 12 janvier 1920, le même phénomène s'est reproduit : vent chaud, fonte des neiges et nouvelles pluies diluviennes. Deux événements proches et rares."

Deux inondations à quinze jours d'intervalle, entre fin décembre 2019 et janvier 2020 / © Document remis
Deux inondations à quinze jours d'intervalle, entre fin décembre 2019 et janvier 2020 / © Document remis


La grande crue de 1919 dans le Nord-Est de la France était donc en réalité une double grande crue : deux déluges successifs, à quinze jours d’intervalle, qui ont inondé des centaines de villes, villages, entreprises, écoles, et qui ont détruits huit ponts, rien que dans la vallée de la Bruche dont la rivière, gonflée à bloc, est sortie de son lit devenu trop petit pour son débit. 
 

Causes météorologiques décembre 1919 / © Brice Martin
Causes météorologiques décembre 1919 / © Brice Martin

 
100 ans plus tard, sommes-nous à l’abri d’une crue géante ?

"Il ne s’agit pas de faire du catastrophisme, explique le géographe Brice Martin, mais la température globale sur Terre s’est élevée d’un degré en 100 ans, en Europe elle a augmenté d’1,5 degré et dans le Rhin supérieur, elle a grimpé de 1,8 degré. Le dernier rapport du Giec lance à nouveau l’alerte : le climat devient de plus en plus instable et les phénomènes climatiques seront plus fréquents. Tout comme les précipitations hivernales vont augmenter, les étés deviendront plus secs, ce qui engendrera le ruissellement des précipitations qui tomberont sur des sols asséchés."

La pénétration de l'eau dans les sols dépend de la violence de la pluie et du type de sol sur lequel elle tombe : sablonneux, limoneux, végétalisé ou pas, ils n'offrent pas le même taux d'absorption, une fois asséchés par le soleil et le vent.

Montée des eaux dans tout le Grand Est / © "le Miroir" 11 janvier 1919, document remis
Montée des eaux dans tout le Grand Est / © "le Miroir" 11 janvier 1919, document remis


Simulation en vidéo d'une crue similaire à celle de 1919, dans des communes innondées à l'époque comme La Broque et Mutzig dans le Bas-Rhin et Thann dans le Haut-Rhin. Extrait de Il y a 100 ans, la crue de 1919, un film de la région Grand Est, réalisé par Brice Martin et Tom Walter, production Tom and Co (voir ci-dessous).


En Alsace, quelques repères de crues rappellent les hauteurs atteintes par l'eau en décembre 1919 et janvier 1920.
 

Les rares repères de crues en Alsace / © Document remis
Les rares repères de crues en Alsace / © Document remis


La grande crue de 1919 a aussi touché l'Allemagne, la Belgique et le Luxembourg, A Cologne, elle a été immortalisée sur carte postale.
 

Carte de voeux 1920, Cologne inondée / © Document remis
Carte de voeux 1920, Cologne inondée / © Document remis

 
Existe-t-il des solutions et comportements à adopter ?

"Nous avons construit des digues et des barrages et aménagé des zones d'expansion de crues, qui protègent les zones urbanisées, mais aujourd'hui en cas de crue aussi importante, les dommages seraient beaucoup plus importants, car la densité des constructions a augmenté en 100 ans et la population aussi. Il va falloir apprendre à vivre avec les rivières quand elles gonflent et les laisser passer, et nous devons améliorer la culture du risque auprès des habitants. Depuis 30 ans et la dernière crue majeure dans le Grand Est, en 1990, on s’est un peu endormi. Nous allons devoir prévenir plus, sensibiliser, éduquer, informer, communiquer mieux."

"Les Chambres de commerce et d’industrie sensibilisent déjà les entreprises face aux risques encourus en cas de crues. Mais certaines sociétés sont difficiles à convaincre. Elles n'ont jamais impactées et ont du mal à imaginer les effets d’une crue." Certains élus de communes comme Epinal, travaillent avec les écoles pour sensibiliser les élèves."

"A nous tous de trouver un meilleur accord entre l’homme et le territoire où il vit. Parmi les actions concrètes possibles : moins « artificialiser » notre environnement, cela signifie, moins le bétonner, tant du côté des promoteurs que des particuliers et des communes, pour éviter que les fortes pluies ne coulent en surface, sans pouvoir s’infiltrer dans les sols."
 

Barrage à débit modulable pour prévenir les crues à Sélestat. / © France3Alsace
Barrage à débit modulable pour prévenir les crues à Sélestat. / © France3Alsace


Dans le Bas-Rhin, un centre d'alerte et d'informations nautiques, le Caring, a été créé en 1990. Parmi ses nombreuses activités, il annonce et assure le suivi des crues du Rhin, en liaison avec les services allemands et suisses, et EDF. En janvier 2018, un prototype de véhicule amphibie a été conçu pour évacuer des personnes en zones inondées et a été présenté au public. Il peut intervenir sur le Rhin, la Moselle et l'lll.

 


Il y a 100 ans, la crue de 1919un film de la Région Grand Est, réalisé par Brice Martin et Tom Walter, production Tom and Co.
 

Sur le même sujet

Les + Lus