INSOLITE - Strasbourg : pour “gagner 13 millions d'euros” et financer la recherche, des universitaires jouent au loto

Photo d'illustration / © François Destoc / MaxPPP
Photo d'illustration / © François Destoc / MaxPPP

Ce vendredi 6 mars, des universitaires de Strasbourg vont acheter collectivement des tickets de loto. Pour, éventuellement, gagner de quoi payer leurs travaux de recherches. Et surtout, dénoncer de manière symbolique le nouveau modèle du financement de la recherche par appel à projets.
 

Par Sabine Pfeiffer

"Contre l’autonomie des universités, vive la 'lotonomie' de la recherche !" "Au tant vanté autofinancement des universités, nous répondons par le 'lotofinancement'." Les jeux de mots sont peut-être faciles, mais explicites. Et dans le communiqué publié ce mercredi 4 mars, les membres du collectif d'enseignants et de chercheurs de l'Université de Strasbourg (Unistra) à l'origine de cette initiative 'lotofinancement' s'en donnent à cœur joie. Car quoi de mieux que l'humour pour dénoncer ce qui fâche ?

Au cœur des griefs, le projet au nom barbare de LPPR (Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche), qui vise "à développer et renforcer le financement de la recherche par appels à projet."

Ces appels à projet sont très chronophages, et avec beaucoup de perdants. Le loto, c'est pareil, mais il est beaucoup moins chronophage."
- Arthur, l'un des instigateurs de l'initiative Lotofinancement


Selon Arthur (nom d'emprunt), l'un des universitaires à l'origine de l'initiative, monter des dossiers en vue d'obtenir d'hypothétiques financements "est une double perte de temps : pour ceux qui les montent et ceux qui les évaluent." Et au final, il y a peu de gagnants. Alors, en tant qu'universitaires, "on préfère prendre ce temps pour faire notre métier, c'est-à-dire de l'enseignement et de la recherche", explique-t-il.
 
Extrait du tract annonçant l'opération Lotofinancement / © Collectif Lotofinancement
Extrait du tract annonçant l'opération Lotofinancement / © Collectif Lotofinancement


Dans son communiqué, le collectif d'universitaires détaille ses craintes quant à ce type de financement par projet, qui risque de concentrer "les moyens sur quelques équipes au détriment de la diversité des travaux" et détourner "les scientifiques de leur cœur de métier – l'enseignement et la recherche."
 

Nous nous en remettons à la loi d’une véritable loterie, plus égalitaire et finalement bien plus efficace que ce que l’on nous propose.
- communiqué du collectif Lotofinancement

Le collectif revendique "une vraie politique de financement pérenne", seule garante selon lui d'une "recherche de qualité et indépendante", et dénonce ce qu'il appelle un risque de "marchandisation de l'université". Pour bien se faire entendre, il a donc décidé de prendre le taureau par les cornes : "s'en remettre aux jeux de hasard pour financer (ses) travaux". Une décision annoncée pompeusement comme une grande première "de l’histoire de l’Université française".
 
Extrait du tract annonçant l'opération Lotofinancement / © Collectif Lotofinancement
Extrait du tract annonçant l'opération Lotofinancement / © Collectif Lotofinancement


L'action, symbolique, "satirique", et bien sûr ouverte au grand public, aura lieu ce vendredi 6 mars à 14h30, au tabac de la Musau, 1 rue de Rathsamhausen à Strasbourg. Le collectif s'y rendra pour convertir 1000 euros en tickets de loto. Cette somme a été récoltée depuis quatre semaines auprès de 200 donateurs, collègues, étudiants et autres, dont… un ancien président d'université.
 

C'est un gag sérieux
- Arthur, l'un des instigateurs du Lotofinancement


"On espère fortement gagner 13 millions d'euros, afin de pouvoir créer une grande fondation qui permettra de financer la recherche", sourit Arthur. En cas de gain plus modeste – hypothèse peut-être plus réaliste, mais qui sait ? - le collectif a très sérieusement réfléchi à la manière de se partager le gâteau : 49% seront attribués aux missions d'enseignement et de recherche. 49% serviront à renflouer des caisses de la grève des universités (une grève reconductible, débutée à l'Unistra ce jeudi 5 mars pour demander, entre autres, le retrait de la fameuse LPPR et dénoncer la précarisation des étudiants).

Et les 2% restants ? Ils serviront à mener quelques "actions de convivialité, car la mobilisation doit être festive" précise Arthur.

Sur le même sujet

Les + Lus