Strasbourg - Vénus Williams et les meilleures Françaises sur les courts des Internationaux de tennis du 22 au 29 mai

Les meilleures Françaises, accompagnées de sept joueuses du top 30 mondial, de cinq anciennes vainqueurs de tournois du Grand Chelem, dont la star américaine, ex-numéro 1 mondiale, Vénus Williams, sont inscrites aux Internationaux de tennis de Strasbourg et pourront jouer devant 1.000 spectateurs.

A 41 ans, l'Américaine Venus Williams est tombée à la 91e place mondiale, mais les organisateurs des Internationaux de Strasbourg se disent "honorés" d'accueillir l'ex-numéro 1 mondiale, vainqueur de sept tournois du Grand Chelem.
A 41 ans, l'Américaine Venus Williams est tombée à la 91e place mondiale, mais les organisateurs des Internationaux de Strasbourg se disent "honorés" d'accueillir l'ex-numéro 1 mondiale, vainqueur de sept tournois du Grand Chelem. © Juanjo Martin/MaxPPP

Il n'y aura que 1.000 spectateurs pour profiter de ce plateau de joueuses très dense, mais cette jauge réduite est déjà une victoire en soi. "Il y a eu tellement d'incertitudes, de scénarii différents, la menace du huis clos, que nous sommes très contents de pouvoir accueillir 1.000 personnes, soufflent les organisateurs du tournoi strasbourgeois, Denis Naegelen et Jérôme Fechter, épaulés, de loin, par leur associé, le joueur strasbourgeois Pierre-Hugues Herbert. Nous sommes là pour proposer un spectacle, et sans public, la fête n'existe pas."

Une fête qui, sportivement, aura belle allure, puisque pour le moment, toutes les joueuses du tableau final sont membres du top 50. "La tête de série numéro 1 est la 6e joueuse mondiale, la Canadienne Bianca Andreescu. Nous avons également six joueuses du top 30 mondiale, cinq anciennes vainqueurs de Grand Chelem, cinq filles ont déjà gagné à Strasbourg".

La jeune Américaine Cori Gauff, attraction du tournoi?

Le co-directeur du tournoi, Denis Naegelen, égrenne des noms qui ne sont peut-être pas familiers du grand public, mais font tilt auprès des connaisseurs de la petite balle jaune : l'Américaine Sloane Stephens, vainqueur de l'US Open, Jelena Ostapenko, un Roland Garros à son actif, les anciennes championnes Kuznetsova ou Stosur, ou encore le grand espoir du tennis mondial, la jeune américaine Cori Gauff, 35e mondiale à 17 ans et déjà enthousiasmante. "Cela fait deux ans que je travaille à sa venue, explique Denis Naegelen. Elle a un potentiel énorme et peut être l'attraction du tournoi. Sa venue est une vraie belle surprise."

Cori Gauff n'a que 17 ans, mais son tennis combattif et sa forte personnalité, en font déjà un nom à suivre dans la planète tennis. Elle sera à Strasbourg fin mai.
Cori Gauff n'a que 17 ans, mais son tennis combattif et sa forte personnalité, en font déjà un nom à suivre dans la planète tennis. Elle sera à Strasbourg fin mai. © Rhona Wise/MaxPPP

Et puis il y a un nom qui met tout le monde d'accord, les non-initiés comme les fans : Venus Williams. L'aînée des deux stars américaines, sept titres du Grand Chelem à son actif, et toujours aussi bagarreuse sur le terrain, à 41 ans. Elle est aujourd'hui 91e mondiale, mais son histoire et celui de sa soeur Serena appartiennent définitivement à celle du tennis. 

C'est un honneur d'accueillir une Williams à Strasbourg

Denis Naegelen, co-directeur des Internationaux de Strasbourg

Le revers de la médaille d'un tableau si bien fourni, c'est qu'aucune des joueuses tricolores inscrites n'aura accès directement au tableau final, leur classement ne leur permet pas.

Les cinq meilleures Françaises au rendez-vous

Fiona Ferro, Caroline Garcia, Kristina Mladenovic, Alizé Cornet, Clara Burel, toutes devront passer par les qualifications, ou espérer l'une des quatre wild-card, invitations, que se partagent les organisateurs et la WTA.

En 2019, la Française Caroline Garcia s'était inclinée en finale des IS. Elle retentera sa chance en 2021, en compagnie de ses coéquipières de l'équipe de France de Fed Cup, toutes présentes.
En 2019, la Française Caroline Garcia s'était inclinée en finale des IS. Elle retentera sa chance en 2021, en compagnie de ses coéquipières de l'équipe de France de Fed Cup, toutes présentes. © Jean-Marc Loos/MaxPPP

"Les invitations vont être l'objet d'une belle bagarre jusqu'à la fin, promettent les organisateurs. Deux sont réservées à ce qu'on appelle des "top 20", des joueuses classées parmi les 20 meilleures mondiales, ou d'anciennes numéros 1 mondiales, ou vainqueurs de Grand Chelem, et qui décideraient de venir à Strasbourg au dernier moment. Les deux autres sont à notre main, mais nous les déciderons avec la fédération françaises de tennis." Il pourrait donc y avoir encore de belles annonces avant le début du tournoi.

Une jauge de 1.000 spectateurs, des repas en terrasse

Un choix de luxe dont profiteront donc à partir du samedi 22 mai (pour les qualifications) un public limité à 1.000 spectateurs sur le site. Le court central a été repensé pour "éviter le vide" et accueillir, dans deux tribunes, 600 spectateurs, chacun séparé par un siège comme le veut le protocole. Protocole qui exige évidemment le port du masque, et un pass sanitaire (vaccination ou tests PCR réguliers) pour les personnes accréditées. "Nous proposerons également des auto-tests à résultats rapides, précise Jérôme Fechter. Nous sommes suivis et soutenus par les autorités sanitaires, car nous avons démontré notre capacité à organiser un événement en toute sécurité lors de la précédente édition."

Pour les partenaires, les accueils VIP, avec repas, seront donc organisés en terrasse, et sur plusieurs services, pour éviter les attroupements au moment des pauses-déjeuners. Pour le grand public, un système de billetterie instantané va être mis en place. "Pour que la jauge de 1.000 spectateurs soit en permanence atteinte, à chaque fois qu'une personne quitte le site, son billet est scanné et aussitôt remis en vente, explique Jérôme Fechter. Ainsi, les gens qui veulent venir faire un tour en fin de journée pourront entrer."  

Sans public, il n'y a pas de fête

Denis Naegelen, co-directeur des Internationaux de Strasbourg

Un événement, un de plus, qui s'adapte donc au contexte sanitaire, tout en essayant de garder son ADN. "Cela nous coûte plus cher à organiser qu'un tournoi à huis-clos, mais le public fait l'événement. , affirme Denis Naegelen. Nous sommes diffusés dans 130 pays, c'est un moment qui fait rayonner Strasbourg et la région partout dans le monde". Pour la 35e année consécutive donc, il y aura à Strasbourg ce que le tennis féminin a de mieux à offrir, et en période de pandémie, c'est un beau challenge relevé.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tennis sport