VIDÉO. Télémédecine : cette start-up a créé une polyclinique mobile avec des téléconsultations de spécialistes

La start up alsacienne TokTok Doc a développé une polyclinique mobile dans des Ehpad. Elle permet des téléconsultations de spécialistes sans se déplacer, aidées par des infirmières aux côtés des résidents. L'expérimentation lancée il y a 3 ans pourrait s'étendre à tout le territoire.

Comment faire face à la pénurie de médecins spécialisés tout en assurant un suivi des patients ? La start-up TokTok Doc met en relation malades et spécialistes via des outils numériques mobiles manipulés par des infirmiers. Elle espère ainsi convaincre les pouvoirs publics et proposer ses services dans les Ehpad, le secteur médico-social, ou encore auprès des personnes dépendantes à domicile.

La scène s'est déroulée devant la caméra de notre équipe de reportage, Marie Heidmann et Xavier Ganaye. Sylvie Peyre, infirmière salariée de TokTok Doc, se rend A l'Ehpad des Diaconesses Emmaüs de Strasbourg pour une téléconsultation de cardiologie. Le patient est un résident, il attend tranquillement dans sa chambre. Le cardiologue, à distance, apparait sur l’écran de la tablette, salue le patient de 74 ans. Un échange à trois voix s’engage. L’infirmière dispose de tous les outils connectés pour une consultation complète : tension, échographie… Elle est la seule à se déplacer. Auprès d’un patient dont elle connait les antécédents.

Dans cette organisation des soins, chacun trouve son compte. "Souvent les gens âgés, quand ils viennent, ils ne connaissent pas leurs médicaments, ne se souviennent pas des antécédents, explique le médecin, Jean-Joseph Muller. On a parfois du mal à refaire le passé, alors que là le travail est très bien préparé, on est dans des conditions presque optimales pour donner une expertise."

L’infirmière ajoute que "c'est une vraie relation avec le résident puisqu’il y a toute la préparation de la consultation. Ce n’est pas la première fois qu’on le voit, notre visage leur est familier, c’est rassurant pour lui."

Le patient vit une consultation sans stress, sans ambulance, sans attente : "On est sur place, il n'y a pas de déplacement, c’est pas mal ! Et on peut discuter avec le médecin, on l’a sur l’écran et on peut dialoguer."

15 spécialités proposées

Après 3 ans d'existence, la policlinique mobile tok tok doc propose désormais 15 spécialités. Une centaine de médecins a déjà adhéré au principe dans le Grand Est. Tok tok doc emploie 10 infirmières qui peuvent également pratiquer seules certains examens simples, transmis ensuite aux médecins.

Il n’y a qu’une seule solution, il faut des infirmiers qui vont au plus près des patients avec des outils numériques de qualité.

Laurent Schmoll, directeur médical de Tok Tok Doc

Selon la startup, cette nouvelle organisation du travail, si elle était étendue sur tout le territoire, pourrait répondre en partie aux problématiques des déserts médicaux. C’est ce qu’affirme Laurent Schmoll, président de la startup et directeur médical : "Il faut savoir qu’on va perdre environ 30% de médecins d'ici à 2030 et dans le même temps, on va avoir une augmentation de 200.000 infirmiers donc pour mailler le territoire, il n’y a qu’une seule solution, il faut des infirmiers qui vont au plus près des patients avec des outils numériques de qualité, et qui font de la vraie médecine avec des vrais médecins à distance."

Les dirigeants de la startup alsacienne sont persuadés que, sans leur aide, il y a des situations où les patients n’auraient pas eu accès à certains avis médicaux. Ils savent aussi que le marché du soin passera à l'avenir par les outils numériques.