Vols de pots catalytiques : pourquoi certaines voitures sont plus convoitées que d'autres

Publié le
Écrit par Flavien Gagnepain .

Les vols de pots catalytiques sur les voitures sont en hausse en 2022. En quelques minutes, les voleurs arrivent à subtiliser cette pièce qui contient des métaux précieux. Certains modèles sont particulièrement ciblés.

Situé sous la voiture, le pot catalytique, ou catalyseur, est depuis plusieurs mois un objet de convoitise pour les voleurs de pièces automobiles. À l'aide d'une disqueuse, ils arrivent à le dérober pour en retirer les métaux précieux qui le compose. À Strasbourg comme partout en France, les cas se multiplient.

Depuis les années 1990, tous les véhicules doivent être équipés de cette pièce située dans la ligne d'échappement. Avec une grille de microalvéoles, souvent appelée "nid d'abeilles", le pot catalytique permet de réduire les émissions de gaz polluants comme le monoxyde de carbone, en les transformant en d'autres gaz, moins dangereux.

Cette réaction chimique est permise par les métaux précieux qui composent ces alvéoles : rhodium, palladium, platine... Ces éléments sont très rares, et donc très chers. Le rhodium peut valoir dix à cent fois plus que l'or.

Il suffit de quelques secondes 

De quoi attirer certains voleurs, qui en quelques secondes, parviennent à dérober ces catalyseurs : "Ils découpent ça à la meuleuse, en se glissant sous le véhicule", explique à France 3 Alsace la police du Bas-Rhin. "Ça va très vite, ajoute Omer Aygul, responsable des pièces détachées au garage Toyota de Mulhouse. On a eu le cas où, dans la précipitation, des voleurs ont pris le silencieux pour le catalyseur."

Depuis le 1er janvier 2022, la police du Bas-Rhin a déjà recensé 85 vols à Strasbourg et les communes aux alentours. À titre de comparaison, il y avait eu 68 plaintes de genre sur toute l'année précédente, pour dix interpellations.

En 2022, un seul individu a été pris sur le fait dans le secteur. Entendu par les enquêteurs, il sera convoqué par la justice et risque 3 ans de prison et 45.000€ d'amende : "Comme ce sont des véhicules qui sont ciblés et pas des quartiers, il est difficile de se positionner pour trouver les malfaiteurs", concède la police du Bas-Rhin, qui ajoute que ces pièces partent ensuite en direction de l'est, le plus souvent en Géorgie.

Les Toyota particulièrement prisées

Depuis que le phénomène existe, une marque revient particulièrement dans les plaintes que la police reçoit : le japonais Toyota. Sur les 85 faits constatés depuis janvier 2022, 29 concernent des Toyota Prius : "Les catalyseurs sont plus chers chez Toyota, tout simplement car ils sont plus gros. Donc il y a plus de métaux rares", explique Mehdi Rhanem du garage Topstar Auto, à Strasbourg. Comptez environ 1.500€ pour faire remplacer un pot catalytique de Toyota, main-d'œuvre non comprise.

Pour éviter de se faire dérober son pot catalytique, les idées fusent sur les forums spécialisés. Certains ont même fait installer des barres de fer autour de leur pot ou une alarme anti-soulèvement sur leur voiture : "Je ne trouve pas très judicieux d'ajouter des barres. Elles seront coupées en quelques minutes. Pareil pour l'alarme, car sur certains modèles, il ne faut même pas soulever la voiture pour accéder au catalyseur", nuance le garagiste.

Soyez prudents donc si vous possédez ce genre de véhicule. La police du Bas-Rhin conseille par exemple de faire dormir sa voiture dans un garage, ou encore de ne pas la garer à cheval sur le trottoir, ce qui faciliterait l'accès au voleur. La garer dans une rue vidéosurveillée est également conseillé.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité