Cet article date de plus de 4 ans

La centrale de Fessenheim à l'arrêt?

L'Autorité de Sûreté Nucléaire va demander à EDF de stopper 5 réacteurs nucléaires en France pour des vérifications, dont le réacteur numéro 1 de Fessenheim. Comme le numéro 2 est déjà à l'arrêt, c'est toute la centrale qui serait arrêtée. Une situation exceptionnelle.
© France 3 Alsace
C'est déjà ce type d'anomalie, sur un genérateur de vapeur, qui a entraîné l'interruption du fonctionnement du réacteur numéro 2 en juin dernier. L'Autorité de Sûreté Nucléaire exige maintenant l'arrêt de cinq réacteurs nucléaires supplémentaires en France dans le cadre des investigations menées sur 18 réacteurs.

En juin, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) avait demandé à EDF de mener des essais complémentaires sur les générateurs de vapeur équipant 18 réacteurs nucléaires français, potentiellement affectés par le même défaut que celui qui affecte le couvercle et le fond de la cuve de l'EPR en construction à Flamanville (Manche).
Certains fonds primaires de ces générateurs, fabriqués par Areva au Creusot (Saône-et-Loire) ou par JCFC au Japon, pourraient présenter une zone de concentration importante en carbone, qui affaiblissent leurs propriétés mécaniques.

Une plainte pour mise en danger de la vie d'autrui

Les associations antinucléaires, Greenpeace en tête, avait porté plainte la semaine dernière contre EDF et Areva, pour "mise en danger de la vie d'autrui" et "usages de faux", accusant les 2 entreprises d'avoir dissimulé à l'ASN la dangerosité de l'anomalie detectée sur le réacteur numéro 2.

"Après échange avec l'ASN, EDF va poursuivre l'audit sur les cinq derniers réacteurs qui restent à auditer sur la teneur en carbone, avant la fin de l'année. Cet audit doit être fait réacteurs à l'arrêt", a indiqué à l'AFP la source proche du dossier.

Ces arrêts seront "de courte durée", à savoir "quelques semaines" et mis en place probablement avant cet hiver, selon la même source.

Ces informations confirment celles données par le magazine Challenges en début d'après-midi.

Deux de ces réacteurs sont situés dans la centrale du Tricastin (Drôme), les autres se trouvant à Fessenheim (Haut-Rhin), Gravelines (Nord)
et Civaux (Vienne).

Sur les 13 autres réacteurs concernés par ces investigations, six ont déjà pu redémarrer et sept autres sont dans l'attente d'un feu vert de l'ASN.

Le journal L'Alsace précise que le réacteur numéro 2 ne devrait pas redémarrer avant le printemps prochain.

Des conséquences sur les prix

Fin septembre, EDF avait annoncé avoir réduit ses objectifs de production nucléaire française pour 2016 en raison notamment d'arrêts prolongés de réacteurs dus à ces contrôles.

Selon le site internet de RTE, le gestionnaire du réseau électrique français à haute tension, 22 tranches nucléaires étaient à l'arrêt ou en service partiel mardi, notamment pour des maintenances techniques planifiées. Ces indisponibilités ont fait grimper les prix de gros de l'électricité ces dernières semaines, alors que l'atome produit environ trois quarts de l'électricité en France.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
centrale nucléaire de fessenheim environnement nucléaire société