grand est
Choisir une région

Rund Um

Du lundi au vendredi à 12h15 et 18h50
Logo de l'émission Rund Um

Lochwiller, les sinistrés de la géothermie

Lochwiller, certains habitants le traduisent par "Trouville". Un nom funestement prémonitoire, puisque le village est touché par d'énormes problèmes de fissures sur les maisons occasionnées par des glissements de terrain.

Par Carine Feix

Leur histoire, on la connaît : celle d’un village déstabilisé par le forage géothermique d’un particulier qui ne s’est pas passé comme prévu.
En 2008, des ouvriers ont percé une strate d’argile et fait jaillir de l’eau. Depuis, la terre bouge, et d’énormes fissures sont apparues sur une quarantaine de maisons. Au point que, rester vivre dans ces maisons deviendrait dangereux. Certains résidents devront bientôt les quitter et c’est souvent un crève-coeur. Rund um a passé trois jours avec ces sinistrés de la géothermie.

1. Les premiers S.O.S.


Karine et Rodolphe Matjeka ont acheté la maison de leurs rêves en 2009 : un ancien corps de ferme, vieux de 200 ans, à Lochwiller. Mais rapidement, ils ont eu la mauvaise surprise de constater l'appartition de fissures sur les façades. Le problème a empiré, à tel point qu'avec d'autres voisins, ils ont porté l'affaire en justice en 2012. Des experts ont alors pointé du doigt le forage géothermique réalisé par un habitant du nouveau lotissement construit juste au-dessus de chez eux. 

De leur côté, les époux Schmitz ont dû creuser une tranchée tout autour de leur maison, car la colline au-dessus de chez eux bougeait tellement qu'elle faisait pression sur le mur de leur cave. Devant la menace, ils ont place une vingtaine d'étais dans leur garage et préparent déjà leurs cartons pour déménager.

Lochwiller, les sinistrés de la géothermie - 1

2. Un beau village qu'il faut quitter


Dans le nouveau lotissement, celui du forage géothermique à l'origine des problèmes de fissures, plusieurs maisons vont devoir être quittées par leurs habitants. Un crève-coeur pour beaucoup, malgré les indemnités qu'ils ont perçues. C'est le cas de Brigitte Cromer, qui a fait construire sa maison en 2008 sur la colline avec son mari.
Le producteur de roses, René Barth, se demande s'il pourra un jour transmettre son entreprise. Le village est connu pour ses problèmes de fissures et de glissements de terrain. Le foncier ne vaut plus grand chose...
 

Lochwiller, les sinistrés de la géothermie - 2

3. Trouver des solutions

Les sinistrés ont fondé une association, "Lochwiller se soulève". Leur président a quitté sa maison, mais il a trouvé des locataires pour l'occuper. Deux d'entre eux ont monté une brasserie artisanale - preuve que le village est encore dynamique.
D'autres habitants, touchés par les problèmes de géothermie de manière indirecte, se sont regroupés en collectif. Ils cherchent à obtenir des garanties de l'état pour leurs maisons qui ont perdu beaucoup de valeur et sont devenues presque invendables. 
 

Lochwiller, les sinistrés de la géothermie - 3