Géothermie en profondeur : premiers résultats encourageants pour l'Eurométropole de Strasbourg

Au total trois sites sont prévus : à Vendenheim, Eckbolsheim et Illkirch-Graffenstaden. / © France 3 Alsace
Au total trois sites sont prévus : à Vendenheim, Eckbolsheim et Illkirch-Graffenstaden. / © France 3 Alsace

Après les travaux, qui ont débuté en juin dernier, les premiers résultats dévoilés ce mercredi par la société Fonroche valident le principe de géothermie profonde à Vendenheim-Reichstett (Bas-Rhin). Le puits, qui descend à 4600 m, serait le plus profond de France.

Par M.L.

C'est sur un lieu symbolique, l'ancienne raffinerie de Reichstett (Bas-Rhin), que la première centrale de géothermie profonde de l'Eurométropole doit voir le jour. Si, pour l'instant, un seul des deux tuyaux a été installé - le forage a duré huit mois -, les premiers résultats des tests que la société Fonroche a communiqués ce mercredi matin valident la construction de l'ensemble. 



"On a trouvé de l'eau à plus de 200 degrés, donc c'est le puits le plus chaud d'Europe continentale, hors zone volcanique en Italie, expose Jean-Philippe Soulé, directeur général de Fonroche Géothermie. C'est un résultat exceptionnel au niveau européen. En termes de débit, c'est plus de 300 m3  par heure, donc la puissance qu'on sortira de cet ouvrage permettra de chauffer plus de 26.000 habitants et d'en fournir plus de 9.000 en électricité."

Le puits le plus profond de France


L'eau chaude sera captée à 4600 m de profondeur, faisant de ce dispositif le puits le plus profond de France. Les calories ainsi récupérées sont utilisées pour produire de l'électricité ou de la chaleur, avant que l'eau ne soit réintroduite. Avec ce chantier, l'Eurométropole, qui souhaite passer à 100% d'énergies renouvelables d'ici 2050, voit ses ambitions renouvelées.  


"Il vient rassurer sur le projet de géothermie qui est en creusement à Illkirch-Graffenstaden et conforter les études qui ont été faites sur Eckbolsheim, abonde Robert Herrmann, président (PS) de l'Eurométropole de Strasbourg, même si ce puits-là est aujourd'hui à l'arrêt du fait des recours réalisés."

"Il faut tenter l'expérience"


Sur ce sujet, encore sensible, l'ensemble des acteurs assurent qu'un maximum de précautions ont été prises pour éviter l'accident, notamment par un travail dans les failles naturelles, alternative à la fracturation hydraulique. "Il ne faut pas oublier que 500 maisons ont été expertisées à Reichstett et que [leurs habitants] peuvent se retourner contre la société au cas où il y aurait un incident, rappelle Georges Schuler, maire (LR) de Reichstett. Mais il faut savoir aussi prendre certains risques. Si nous voulons évoluer, voir une planète plus propre, il faut tenter l'expérience de la géothermie dans un cadre légal, encadré."


Les travaux pour l'installation du deuxième tuyau seront lancés en juin pour un début de production prévu fin 2019. L'investissement, qui provient de fonds privés, devrait s'élever à 80 millions d'euros.


Sur le même sujet

Les + Lus