Alsace : un court-métrage réalisé avec des danseurs dans les rues vides de Colmar pendant le confinement

Le Youtubeur Olivier Schmitt et le chorégraphe Yannick Tura ont allié leurs talents pendant le confinement pour réaliser un court-métrage poétique dans un Colmar suspendu dans le temps. Tourné durant le dernier week-end du confinement avec des danseurs, il met en scène cette période chamboulée.

Le court-métrage d'Olivier Schmitt rassemble huit danseurs dans les rues désertes de Colmar pendant le confinement.
Le court-métrage d'Olivier Schmitt rassemble huit danseurs dans les rues désertes de Colmar pendant le confinement. © Capture d'écran vidéo Youtube
Des personnes seules, qui se perdent et se retrouvent dans les rues désertées de Colmar (Haut-Rhin), c'est l'image marquante du court-métrage réalisé par le Youtubeur Olivier Schmitt. Huit danseurs y mettent en scène de façon artistique les effets du confinement, d'abord l'isolement puis le partage retrouvé, à travers une chorégraphie imaginée, mais aussi improvisée, par Yannick Tura. La vidéo de neuf minutes a été visionnée plus de 36.000 fois depuis le 30 juin 2020.

"J'ai donc décidé, jusqu'à nouvel ordre, la fermeture, à compter de ce soir minuit, de tous les lieux recevant du public non-indispensables à la vie du pays", l'annonce de l'ancien Premier ministre sert de fond sonore au court-métrage. D'en haut, le drone parcourt quant à lui les places, les rues et autres parvis vides de la ville. Une quinzaine de personnes a participé à la réalisation de la vidéo.

Improvisation et mesures barrières

"C'est une idée pour ma chaîne Youtube, je voulais faire un projet artistique autour de cette période compliquée, pour donner une belle image de la région et de la ville, en soutien aux personnes touchées. Je connais très bien la ville et je savais où je voulais tourner" lance Olivier Schmitt, originaire de Mulhouse. Pour pouvoir tourner, le réalisateur et son équipe ont dû maintenir les gestes barrières et travailler avec un effectif restreint. Les danseurs en solo et le tournage en extérieur ont permis d'avancer sereinement. "Pour nous, c’est vraiment le projet en lui-même et sa plume artistique qui nous ont plu", déclare Yannick Tura du studio Rythm'n Dance à Sausheim (Haut-Rhin). Mais pour maintenir les distances physiques, le chorégraphe n'a pas pu travailler sur la danse en amont, "j'ai dû improviser en direct sur place. Je préfère être proche du danseur donc on prenait plus de temps."

Des conditions particulières

Avec les règles sanitaires et les autorisations à fournir, il aura fallu un mois au réalisateur avant de pouvoir commencer son court-métrage. "Il fallait faire attention, la période était délicate, il ne fallait pas qu’une personne se blesse, ce n’était pas le moment d'aller à l’hôpital", ajoute Olivier Schmitt. Le tournage s'est déroulé en deux fois, pendant et après le confinement. La dernière partie de la vidéo, lorsque les danseurs se rejoignent, a été tournée lors du déconfinement. Les répétitions en groupe n'ont donc pas pu avoir lieu avant ce moment. "De la contrainte née la créativité, et là, on était en plein dedans", lance le réalisateur, dont le projet a été validé par la commune. D'un point de vue technique, le tournage aurait presque été impossible hors confinement. De ces conditions rarissimes est né un projet artistique qui permet à tous de se rappeler cette période.

Le court-métrage d'Olivier Schmitt, à découvrir ici :

 
Une quinzaine de personnes a participé à la réalisation de la vidéo.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
danse culture déconfinement société musique art
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter