VIDEO - Colmar : l'ancien maire Gilbert Meyer est mort

L'ancien maire de Colmar n'est plus. Gilbert Meyer est mort ce lundi 21 septembre 2020, dans la cité de Bartholdi dont il a été le premier magistrat pendant un quart de siècle.

Gilbert Meyer en janvier 2016 lors de l'inauguration du nouveau musée Unterlinden
Gilbert Meyer en janvier 2016 lors de l'inauguration du nouveau musée Unterlinden © Jean-François FREY/MaxPPP
Aujourd'hui, les Colmariens se retrouvent un peu orphelins. Celui qui a présidé à la destinée de leur cité pendant 25 ans, Gilbert Meyer, est mort ce lundi 21 septembre 2020, à l'âge de 78 ans. C'est l'actuel maire de Colmar, Eric Straumann qui l'annonce sur les réseaux sociaux. Au printemps dernier Gilbert Meyer apparaissait déjà affaibli et avait été hospitalisé le 10 mai. Ses obsèques auront lieu le 25 septembre.

Les réactions se multiplient

"Avec lui c’est une page de la vie politique colmarienne qui se tourne. Nous n’avons certes pas toujours partagé les mêmes opinions, les mêmes combats, mais je tiens à saluer la mémoire d’un homme qui a consacré une part très importante de sa vie au service de sa ville", rappelle Brigitte Klinkert, ministre déléguée auprès de la ministre du Travail, qui fut son adjointe  chargée de la culture et de l’information . Je retiens essentiellement les grands chantiers qui ont été les siens, les chantiers de renouvellement urbain mais aussi le grand projet d’extension du musée Unterlinden et la bibliothèque des Dominicains transformée en musée du Livre ancien."

Un "engagement" également souligné par le président de la région Grand-Est, Jean Rottner. Il se souvient d'un "homme entier", qui "aimait la politique dans ce qu’elle possède de plus noble, l’engagement public au service des autres". Eric Strautmann, l'actuel maire de Colmar, qui a succédé à Gilbert Meyer en juin dernier, a été le premier à annoncer le décès de son prédécesseur sur les réseaux sociaux. "Nous partageons la douleur de sa famille et la tristesse de ses amis", écrit-il sur Facebook. 

Jean-Marie Bockel, ancien ministre et Sénateur du Haut-Rhin a de son côté rappelé le "caractère très entier et parfois ombrageux" de Gilbert Meyer, mais il a également rendu hommage à sa fidélité en amitié. Le député du Bas-Rhin Antoine Herth a lui voulu saluer la mémoire de son "ancien collègue" et "voisin de circonscription" à l'Assemblée nationale. Une personnalité qui, selon lui, a marqué le Centre Alsace. 

Marcel Bauer, le maire de Sélestat, tient à saluer celui qui, pendant 25 ans, "fut le maire emblématique de Colmar" et rappelle qu'à plusieurs reprises ils se sont rencontrés "pour élaborer ensemble l'avenir et le rôle des deux villes Colmar et Sélestat".

Le président du conseil départemental du Haut-Rhin, Rémy With, rend hommage à "l'enfant du Ried, celui qui devint un géant de la politique locale, qui s'est passionné très tôt, dès la fin des années 1960, pour la chose publique". Il se souvient de cette période de 1982 à 1995, pendant laquelle il a eu le "privilège" de côtoyer Gilbert Meyer au sein de l'assemblée haut-rhinoise. 

"Nous avions su tisser une sincère relation de confiance comme maires des deux plus grandes villes du Haut-Rhin", se souvient Michèle Lutz, la maire de Mulhouse. "Nous partagions nos visions et nos projets, nous nourrissant mutuellement des atouts de nos villes respectives".

Sa biographie


Gilbert Meyer naît le 26 décembre 1941, dans une famille d'agriculteurs du village de Dessenheim (Haut-Rhin), à une vingtaine de kilomètres au sud de Colmar. Durant sa jeunesse, il est très actif dans des clubs sportifs de tir, de basket et de judo, au point de se définir plus tard comme "un pur produit du monde associatif". Il oeuvre aussi pendant quinze ans parmi les sapeurs-pompiers volontaires, en tant que chef de corps.
 

Dès les années 1960, il commence à s'intéresser à la vie politique, à l'ombre d'une grande figure d'alors, le député haut-rhinois et maire de Pulversheim Georges Bourgeois. Il participe à la campagne présidentielle de Georges Pompidou en 1969, puis décroche son premier mandat treize ans plus tard, en tant que conseiller général du Haut-Rhin.

Depuis 1982, il est resté fidèle à la vie publique et à ses convictions de droite, en enchaînant les fonctions politiques locales, départementales, régionales et nationales successivement sous l'étiquette RPR (Rassemblement pour la République), UMP (Union pour un mouvement populaire) puis LR (Les Républicains).
 

25 ans à la tête de Colmar

Vice-président du Conseil général de 1988 à 1995, conseiller régional d'Alsace de 1986 à 1992, député du Haut-Rhin de 1993 à 2007, il entre en parallèle au conseil municipal de Colmar dès mars 1989. Six ans plus tard, il s'installe dans le fauteuil du maire, qu'il occupe jusqu'aux dernières municipales.   

Il est élu en 1995, et réélu en 2001 et 2008. Cette seconde réélection est annulée en novembre 2008, suite à des irrégularités constatées lors du scrutin. Mais en décembre de la même année, des élections partielles le réinstallent dans ses fonctions dès le premier tour. Et en 2014, il décroche son 4e mandat avec 51,32% des suffrages, à nouveau dès le premier tour.

Figure emblématique, haute en couleur et parfois un brin provocatrice, Gilbert Meyer n'a jamais craint d'exprimer haut et fort ses opinions, quitte à en déplaire à certains. Pour exemple : son adhésion à une proposition de loi visant à rétablir la peine de mort pour les terroristes, ou sa signature d'une  pétition de maires opposés au PACS (Pacte civil de solidarité) qui prônait une "cellule familiale traditionnelle" sans laquelle "il n'existe(rait) plus aucun équilibre."

Cette année 2020, alors qu'il était candidat à sa propre succession pour la 4e fois consécutive, il s'est fait devancer au premier tour par celui qui lui a déjà ravi son fauteuil de député en 2007 : le député LR Eric Straumann. Mais comme le second tour des élections est reporté pour cause de covid19, Gilbert Meyer a ccontinué à remplir ses fonctions de maire, jusqu'à son hospitalisation, le 10 mai dernier.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique disparition