Haut-Rhin : suite à la pollution de l'eau à Thann, des milliers de bouteilles d'eau distribuées aux habitants, pas de retour à la normale avant plusieurs jours

Les habitants du secteur de Thann, dans le Haut-Rhin, sont toujours privés d'eau potable. Suite à une odeur d'hydrocarbures sur le réseau d'eau, des milliers de bouteilles sont distribuées aux habitants de sept communes concernées, en attendant le nettoyage complet du réseau. Détectée le 10 novembre, cette pollution serait due à une fuite sur un engin de chantier forestier. Pas de retour à la normale avant plusieurs jours.

Il est toujours interdit de consommer l'eau à Thann et dans six autres communes du secteur, suite à une odeur d'hydrocarbures détectées sur le réseau d'eau potable. Détectée le 10 novembre, cette pollution serait due à une fuite sur un engin de chantier forestier. Pas de retour à la normale avant plusieurs jours. En attendant, ces milliers de bouteilles sont distribuées aux habitants en attendant le nettoyage complet du réseau. 

Le 11 novembre, les magasins des environs de Thann restés ouverts ont vu affluer des clients en provenance de cette ville, mais aussi de Leimbach, Rammerstatt, Roderen, Bourbach-le-Bas, Bitschwiller-lès-Thann et Vieux-Thannn, en quête de packs d'eau minérale. 

Le gestionnaire, Suez, s'est chargé de l'approvisionnement. "Jeudi 11 novembre, plus de 16.000 bouteilles d'eau ont été acheminées sur le secteur et distribuées aux habitants" et "une seconde livraison de 48.000 bouteilles est prévue ce vendredi" détaille la préfecture du Haut-Rhin dans un communiqué. Les habitants sont invités "à se rapprocher de leur mairie pour connaître les modalités précises de distribution."

Préparer son café et cuire ses légumes avec de l'eau en bouteille… Cet habitant avoue "qu'il n'est pas facile de prendre ce réflexe quand on a tellement l'habitude du robinet." Une habitude qu'il faut pourtant prendre jusqu'à la fin des opérations de nettoyage, vidange et désinfection des installations d'eau potable, commencées dès mercredi, et qui se poursuivent jusqu'à nouvel ordre.

"Il faut trouver en priorité l'origine de cette pollution aux hydrocarbures pour pouvoir la stopper", explique Maurice Busche, membre de la direction opérationnelle et gestionnaire de crise du groupe Suez à Thann. La première hypothèse pourrait être la bonne : celle d'une fuite sur un engin de chantier, stationné en forêt, à proximité de la zone de captage de Willer-sur-Thur. Mais toujours sans certitude. L'enquête a été confiée à la gendarmerie.

Des prélèvements sont également effectués depuis mercredi, et les premiers résultats attendus pour le début de la semaine prochaine. "Dans l'attente de ces résultats, et par mesure de précaution, les restrictions d'usage de l'eau à des fins alimentaires sont maintenues" précise encore le communiqué.

Dès le retour à la normale, la population sera informée. En attendant, le gestionnaire Suez a mis en place un numéro d'urgence, le 09 77 40 11 24, pour toute demande d'information complémentaire.   

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pollution environnement santé société