Haut-Rhin : la route de la discorde pourrait devenir un col du Tour de France

Le projet de classement de la route du Haag en voie verte oppose le maire de Geishouse à une partie des habitants. Le Tour de France pourrait peut-être y passer si le projet voit le jour. C'est en tout cas le rêve du premier édile.

Niché au pied du Grand Ballon, le village de Geishouse (Haut-Rhin) ne manque pas d'atouts pour attirer les amateurs de sports et d'activités de pleine nature. La petite route du Haag, classée chemin rural, donnant accès aux crêtes depuis la vallée, est bien connue des locaux. Elle a été macadamisée dans les années 1960.

Aujourd'hui, truffée de nids de poule, elle n'est guère empruntée que par les forestiers, les voitures des propriétaires de gîtes ou les habitants de Geishouse qui souhaitent se rendre à la ferme-auberge du Haag.

La petite route qui monte pourrait bien sortir de sa torpeur prochainement. La communauté de communes de la vallée de Saint-Amarin a approuvé le projet de rénovation porté par le maire de Geishouse, Claude Kirchhoffer. Pour la remettre en état, celui-ci souhaite son classement en voie verte, de façon à doper le tourisme nature.

Une étape du Tour de France ?

Interdite à tous les véhicules motorisés, la voie verte serait accessible uniquement aux vélos et autres déplacements doux : "Notre finalité est d'attirer la clientèle amateurs de sport de plein air en été comme en hiver, locale et étrangère. Nous avons un camping classé et un restaurant en perte de vitesse, une brasserie et un café, des gîtes. Pour tous ces gens, avoir une voie verte représente une opportunité".

Dans ses rêves les plus fous, le maire espère même y faire passer une étape du Tour de France dès 2023. Des contacts ont été pris en ce sens avec le directeur de la société organisatrice du TDF, Christian Prudhomme qui se montre intéressé. Depuis la vallée jusqu'au Grand Ballon, cela représente 12 kilomètres de montée à 7,5% de moyenne avec des passages à 15%. Le col classé hors catégorie n'aurait rien à envier à la célèbre Planche-des Belles-Filles du département de Haute-Saône, un peu plus au sud dans le massif vosgien. 

Un détour de 15 kilomètres

Autre avantage de la voie verte : le classement ouvre droit à des aides financières. Un paramètre non négligeable pour des petites communes aux ressources financières limitées, comme Geishouse. Le budget des travaux, dont le montant est estimé à 400.000 euros, est quasiment ficelé : "La promesse du commissariat Massif des Vosges de 50%, soit 200.000 euros, est déjà acquise. Celle de la CEA et de la région Grand Est, de 30%, reste à confirmer. Reste 80.000 euros qui serait financé par la comcom, maître d'ouvrage", détaille le maire de Geishouse. 

La voie verte sera interdite aux véhicules motorisés sauf pour les ayants-droits, les agriculteurs et les forestiers notamment. Quant aux habitants de Geishouse qui ont l'habitude d'emprunter cette route pour se rendre aux crêtes, ils n'auront plus l'accès et seront obligés de faire un détour de 15 à 20 kilomètres par Kruth ou Willer-sur-Thur.

Certains, pour cette raison, s'opposent à l'interdiction de monter au Haag en voiture. "Cette route a été macadémisée dans les années 1960 pour permettre aux gens de la vallée de se rendre en voiture à la ferme du Haag, propriété de la commune. Depuis 7 ans cette route n'est plus entretenue, il est donc question de la refaire mais l'interdiction de l'emprunter en voiture sera une source pollution et de dépense supplémentaires", avance Remy Kern, le porte-parole du collectif Route du Haag. 

Une réunion de concertation, prévue vendredi 22 juillet en présence du maire et des habitants, devrait permettre de trouver des solutions acceptables pour tout le monde.