• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

INSOLITE - Elle divorce et vend sa robe de mariée sur Facebook : “après le mari, je me débarrasse de la robe”

Cette utilisatrice de Facebook a décidé de vendre sa robe, non sans humour. / © Capture d'écran, Facebook
Cette utilisatrice de Facebook a décidé de vendre sa robe, non sans humour. / © Capture d'écran, Facebook

Une Mulhousienne a posté une petite annonce originale mardi 16 juillet sur un groupe de troc Facebook. Elle vend sa robe de mariée après un mariage qui a mal tourné : "portée une seule fois, on ne m'y reprendra pas !"

Par Vincent Ballester

On trouve de tout sur Facebook, même une petite annonce pour une robe de mariée. L'annonce a été publiée le 16 juillet par Christelle, une Mulhousienne de 33 ans, qu'elle a rédigée avec humeur... et humour : "Après m'être débarrassée du mari, voilà que je me débarrasse de la robe !" 
 
La robe, de taille 38 (pouvant aller jusqu'au 44) est constituée de tulle et de perles. / © Capture d'écran, Facebook
La robe, de taille 38 (pouvant aller jusqu'au 44) est constituée de tulle et de perles. / © Capture d'écran, Facebook
 

Échange robe contre frigo

Une robe vendue pour 400 euros. Mais pourquoi la vendre ? Christelle nous a répondu. "Tout le monde n’a pas l’argent pour s’acheter une belle robe, et des gens veulent quand même se marier." Elle ajoute, caustique : "Paix à leur âme." 

Un échange est aussi possible. "Je vais bientôt déménager. Tout bêtement, je vais me retrouver sans frigo. Contre un joli frigo ? J’étudie toute proposition assez honnête."
 
Cette utilisatrice de Facebook a décidé de vendre sa robe, non sans humour. / © Capture d'écran, Facebook
Cette utilisatrice de Facebook a décidé de vendre sa robe, non sans humour. / © Capture d'écran, Facebook
 

Plus qu'une robe, un message 

Si Christelle a accepté de répondre à nos questions sur son mariage (plus proche de Game of Thrones que de Disney), c'est que "ça peut passer un message à toutes les femmes malheureuses qui restent avec leurs maris. Parce qu’elles pensent aux enfants. Ou qu’elles se disent : de toute façon, je suis une merde, je vais rester avec !"
 

Ça peut passer un message à toutes les femmes malheureuses qui restent avec leurs maris.
Christelle


"Non, on est pas des merdes, on est jolies, on peut plaire; on a beaucoup de qualités qui peuvent plaire à beaucoup de gens. [Ça] peut leur ouvrir les yeux [à ces femmes]les aider à quitter leur mari, et à vivre heureuses."


Un mari pas avare d'injures

"Mon mari m’a complètement rabaissée : j’étais "grosse", j’étais "moche", je "servais à rien"... Il a complètement détruit ma confiance en moi-même."
 

 D'où sa décision. "J’en avais marre de me sentir merde. Je l’ai donc laissé en plan, avec la maison et tout, et je suis partie avec mes enfants... Si je dois tout détailler, je pense qu’on y passerait la journée." 

"Je mets l'annonce maintenant, mais j'ai quitté mon mari en  juillet 2017. Monsieur ne voulait pas divorcer, ne se présentait pas aux audiences, ne répondait pas aux huissiers..."
 
  

Christelle veut vendre sa robe, pas se (re)marier

Christelle ne pensait pas que son annonce ferait tant rire. Et encore, elle aurait pu y aller plus fort : "Écrire par exemple que même avec une Playstation, je prenais plus mon pied..."
 


Mais elle a décidé de rester "soft". Le souci, c'est que l'annonce n'atteint pas son but prévu. "[Dans] les commentaires derrière, personne n’est intéressé. Une seule personne voudrait venir essayer la robe." 

En fait, elle reçoit surtout des rires... et des propositions. "Beaucoup de gens viennent me demander en MP [message privé; ndlr] si je suis à la recherche d’un nouveau mari, me dire que je suis belle..." 
 

Beaucoup me demandent si je suis à la recherche d'un nouveau mari...
Christelle


Elle cite même l'un des messages ("Je laisse la robe mais je prends la mariée"), qu'elle commente un peu blasée : "Je prends tout à la rigolade, mais bon..."

Et si cette robe de tulle et de perles, de taille 44 réduite à une 38 (en pliant le tissu sans découper), ne trouve pas preneuse ? "Si mon annonce plaît, tant mieux. Mais j’aimerais bien que la robe parte, car je vais finir... par la brûler !" Tout le monde est prévenu. 
 

Sur le même sujet

Interview de Grégoire scout d'Europe. Bréménil

Les + Lus