Mulhouse : les cheminots en grève lancent, eux aussi, leur cagnotte solidaire

Les cheminots de Mulhouse, à l'instar de leurs homologues strasbourgeois, lancent une cagnotte en ligne sur la plateforme GoFundMe. Un appel à la solidarité qui vise à soutenir les agents grévistes dont le manque à gagner devient de plus en plus problématique.
 

Le 10/12/19, Ambiance 5 ème jours de grève dans la gare centrale de Mulhouse.
Le 10/12/19, Ambiance 5 ème jours de grève dans la gare centrale de Mulhouse. © Vincent Voegtlin / Maxppp
A l'instar de leurs homologues strasbourgeois, les cheminots mulhousiens, en grève depuis le 5 décembre, mettent en place une cagnotte sur la plateforme GoFundMe. Un appel à la solidarité qui vise à soutenir les grévistes.
 


L'argent, le nerf de la guerre


Depuis le 5 décembre, les cheminots de Mulhouse, comme beaucoup d'autres en France, sont mobilisés contre la réforme des retraites dont ils demandent le retrait pur et simple.


Moi si je fais grève c'est pour nous, cheminots, mais aussi pour mes enfants et pour tous les autres Français
- Mathieu Relin, 39 ans, conducteur de train -


Joint par téléphone, Mathieu Relin, 39 ans, conducteur de train mulhousien et gréviste de la première heure, nous explique les raisons de la colère. " Cette réforme des retraites est globalement néfaste.  Encore pour moi qui ait commencé à bosser à 18 ans, ça va encore mais imaginez les contractuels, les mères célibataires avec enfants, toutes les carrières hachées. Le système par points est trop fragile, trop risqué. Nous jouissons actuellement d'un système par répartition juste et précieux. Pourquoi le détruire ? Moi si je fais grève c'est pour nous, cheminots, mais aussi pour mes enfants et pour tous les autres Français. C'est ce qui créé cette si belle dynamique, nous donne tant d'énergie. Ce qui nous fait tenir."
 

J'ai déjà perdu 15 jours de salaire en décembre
- Mathieu Relin, 39 ans, conducteur de train -


Tenir depuis trois semaines. Trois semaines sans salaire. Et l'argent, c'est le nerf de la guerre. " Moi, je suis en grève depuis le début. Sans compter les vacances, j'ai perdu 15 jours de salaire en décembre, soit 1200 euros. En janvier, mon bulletin est, pour des raisons de comptabilité, déjà amputé de 400 euros. Je ne suis pas le plus à plaindre, je gagne bien ma vie mais nous avons des petits salaires ici. Pour eux, c'est très dur de tenir." 


4000 euros récoltés


A Mulhouse, 40% des conducteurs sont encore en grève. Pour les autres métiers du rail, le taux de grévistes tourne autour des 10%, comme la moyenne nationale. " On a commencé très fort et puis comme toujours dans le temps, le nombre de grévistes diminue mais nous restons quand même 30 grévistes à temps plein."
 

Cette cagnotte a été créée pour aider les plus petits salaires
- Mathieu Relin, 39 ans, conducteur de train -
 

Pour "faire tenir" le mouvement, les cheminots mulhousiens ont donc mis en place, en intersyndicale, une cagnotte. "C'est la première du genre, en intersyndicale. Tout le monde y contribue au delà des appartenances militantes. Il ne s'agit pas de distribuer à chacun 20 ou 30 euros, ça n'a pas de sens. Non, cette cagnotte a été créée pour aider les plus petits salaires. Ils sont une vingtaine à Mulhouse. Ce sont eux qui ont des difficultés. Même si certains sont réticents à recevoir cet argent, il est nécessaire pour que la grève perdure." 
 


Une cagnotte en ligne a été mise en place, elle a recueilli 785 euros. Mais ce n'est pas tout. "Nous avons des dons de certaines associations, des syndicats, des collègues de PSA, des anonymes lors des manifestations ... En tout aujourd'hui, nous avons récolté en tout et pour tout près de 4000 euros. C'est pas mal. Le but c'est de tenir en janvier et février pour que personne ne retourne au boulot pour des raisons économiques, par force." 
  

2020 comme sur des rails

Le 2 janvier prochain, les cheminots mulhousiens organisent une cérémonie d'adieux à la SNCF sur le parvis de la gare à 10H. Sans compter la journée de mobilisation du 9. "Nous sommes motivés, je n'ai jamais vu autant de monde dans les rues à Mulhouse que cette année, ça donne de l'énergie pour continuer. On tiendra."
 
© FB






 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sncf économie transports grève social solidarité société trains régionaux retraites